[Atelier thématique] L’archive photographique

Jardins du Trocadéro, Paris, 1947 © Lucien Hervé

 

Atelier thématique : L’archive photographique

Date : vendredi 4 mai 2018

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, Paris, salle AVD – 1er étage

L’ARIP a le plaisir de vous convier à son deuxième atelier thématique de l’année 2018 pour une séance sur l’archive photographique le vendredi 4 mai à 18h30 en salle AVD (1er étage. Galerie Colbert).

Nous recevrons Imola GEBAUER, historienne de l’art, commissaire de l’exposition et chercheuse indépendante, ainsi que Ariane CARMIGNAC, doctorante en esthétique et sciences de l’art, qui prépare une thèse intitulée « Passer le temps. Étude d’une archive photographique contemporaine » sous la direction de Danièle Méaux, à l’Université Jean-Monnet, Saint-Étienne.

 

Imola GEBAUER

Le traitement d’un corpus photographique « non achevé »

Des archives, même photographiques, conservent toujours des œuvres inachevées. Dans le cas d’une photo cet état inachevé est difficile à identifier. Comment traiter et encore plus comment valoriser l’œuvre « non finie » d’un photographe, dont une des plus intimes caractéristiques est qu’il a coupé et redécoupé ses photos pour ne garder que les éléments les plus importants ? Comment communiquer l’état préparatoire de ces clichés ? Dans quel cas et comment est-il possible de les montrer à un public ? A côté du fait de respecter la volonté l’artiste et des ayant droits, quelles sont les limites d’un professionnel ? Existe-t-il des réponses professionnelles généralement valables ?

Ariane CARMIGNAC

Naviguer ? Archive, archivage, désorientation(s).

« Si può navigare nella minestra, ma cercare di capire com’è fatta », écrit Emilio Gadda« On peut naviguer dans la soupe, mais tenter de comprendre comment elle est faite ». Essayer de s’orienter dans une archive photographique, c’est faire, bien souvent, l’épreuve des grands fonds ; chercher à analyser, vouloir rendre compte d’une archive photographique constituée de plus d’un million et demi de photographies semble à première vue un défi. L’Archivio Graziano Arici est une archive photographique d’un genre résolument singulier ; elle réunit des enjeux, ou assemble des finalités, qui ne se rejoignent que partiellement. Archive courante des photographies de Graziano Arici (photographe italien né en 1949, et toujours en activité ; une grande partie de son archive est consultable sur le site www.grazianoarici.it), fonctionnant comme une base d’images permettant au photographe d’accumuler et de vendre ses productions, elle est aussi, dès le départ, conçue comme une forme-conservatoire, destinée, dans son ensemble, par son auteur même, à représenter un temps, à rester comme témoignage porté par un regard sur son époque. Par l’acquisition de fractions d’archives photographiques, la mise en place d’une politique de préservation des images, et par ses créations, son travail plastique, le photographe se fait tout à la fois héritier d’un « domaine incessamment menacé », mais aussi son passeur. Dans ce cas particulier, en effet, le rassemblement qu’est l’archive photographique se trouve être, non seulement, un lieu d’origine, premier, mais également l’endroit et le moment d’une recomposition, d’un remontage de productions antérieures, donnant ainsi naissance à un art consommé de l’assemblage, dans un lieu paradoxal, et éternellement second… Comment s’y retrouver, comment se frayer une voie dans ce corpus fluctuant et protéiforme ?

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.