[Atelier Méthodologique] L’aventure de la thèse

Photographie extraite de la série Un autre regard sur les jeunes, le leur / photographie de Anthony, 18 ans, Le Havre, 1984 / projet de l’agence Faut Voir avec le concours des Ministères de la Culture et de la Formation professionnelle.

 

Atelier Méthodologique : L’aventure de la thèse

Date : jeudi 17 mai 2018

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, Paris, salle AVD – 1er étage

L’ARIP a le plaisir de vous convier pour un nouveau atelier méthodologique sur le projet de thèse le jeudi 17 mai à 18h30 en salle AVD (1er étage. Galerie Colbert).

L’aventure de la thèse ! : Pourquoi, quand, comment ?

L’idée de mener à bien une recherche dans le cadre d’un doctorat vous tente ? Vous en avez envie mais ne savez pas encore si vous allez franchir le pas ? Vous vous interrogez sur votre avenir et sur l’exercice de la recherche doctorale ? Venez nous rencontrer et échanger autour de l’aventure du doctorat !

Cette séance méthodologique un peu particulière s’adresse à tous les curieux, les indécis et les décidés qui souhaitent en savoir davantage sur les enjeux, les possibilités mais aussi les difficultés ou encore les étapes d’un projet de thèse. Depuis les motivations solides qui doivent étayer votre projet jusqu’au calendrier et aux financements en passant par l’élaboration du projet de recherche, nous sommes à votre écoute et vous proposerons un panorama d’ensemble du parcours pré-doctoral.

Trois temps vous seront proposés : d’abord un temps de présentation général qui fera le point sur les motivations, les atouts et contraintes de la thèse, le financement ou encore l’élaboration du projet de thèse. Ensuite Lydia Echeverria vous présentera un moment décisif dans l’élaboration de la thèse : la définition de l’objet d’étude et des concepts à travers la notion de collectif qui intéresse directement sa démarche de jeune chercheuse. Enfin, un temps d’échange conséquent vous sera proposé avec un retour d’expériences de la part des membres du bureau de l’Arip. Nous pourrons alors revenir sur nos parcours respectifs et notre expérience du doctorat.

Vous l’aurez compris, plus informelle que les autres ateliers méthodologiques, cette séance se propose d’être un moment d’échange, de convivialité et de partage autour de la grande aventure de la thèse.

Lydia Echeverria

Le collectif de photographes : comment aborder la notion de collectif et sa traduction esthétique ?

 

Pour cette séance méthodologique, il s’agira de revenir sur la mise en place d’un projet de recherche pour une thèse en histoire de la photographie, qui s’articule autour de la notion de collectif. L’objet de recherche s’ancre au début des années 1980 et porte sur les productions artistiques de l’agence Faut Voir et celles du collectif le bar Floréal. Engager une réflexion sur le collectif nous entraîne à nous demander comment s’articulent visée militante et visée esthétique. Nous tenterons alors de déceler comment le collectif s’installe dans le paysage culturel français des années 1980, et dans quelle mesure sa structure permet l’émergence d’une écriture photographique engagée, sociale, et documentaire, qui se traduit par le biais de la commande photographique ou la mise en place de projets personnels. Il s’agira de questionner les outils méthodologiques et les apports théoriques (histoire de la photographie, histoire culturelle et politique, esthétique) pour préserver la complexité de cette notion. D’autre part, nous reviendrons sur la gestion de l’archive et l’élaboration du corpus. Les actions-créations prolifiques de Faut Voir et le bar Floréal nous interrogent sur les choix iconographiques à privilégier pour éviter l’écueil d’une étude cumulative. Enfin, dans la pratique artistique collective, trois voies de la création sont empruntées : la photographie, le graphisme et l’écriture. La « création partagée » ou « création participative » sont aussi des moyens d’expression pour confronter et faire advenir un discours entre regards d’amateurs et regards d’auteurs. Il sera alors important de faire appel aux outils d’une étude comparée des différentes expressions plastiques, et de nous appuyer sur des disciplines diverses (photographie et sociologie/anthropologie), pour comprendre les enjeux esthétiques et politiques de la pratique artistique au sein de collectifs.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *