Journées du patrimoine 2018 à l’INHA (Paris, 15-16 septembre 2018)

A l’occasion des Journées européennes du patrimoine 2018, l’INHA organise deux journées de visites, de conférences, débats et projections autour du thème « L’art du partage ». L’histoire de la photographie est particulièrement mise à l’honneur. Retrouvez le programme complet ici et notre sélection ci-dessous.

Samedi 15 septembre

Conférences (Auditorium)

14h : Sauver pour partager : le rôle de la Société française de photographie dans la diffusion du patrimoine photographique

La Société française de photographie, créée en 1854, a fait de la sauvegarde et du partage deux des missions fondamentales qu’elle s’est assignées dans la lutte pour l’amélioration et la diffusion du savoir photographique. Depuis les sections historiques des premières expositions de la SFP dans les années 1850 jusqu’au sauvetage du fonds du photo-club des 30×40 à l’orée des années 2000 et qui représente en soi une autre forme de culture du partage photographique, la SFP s’est sans cesse posé la question : en matière de patrimoine photographique, que sauver ?

Paul-Louis Roubert (Maître de conférences / Président de la Société française de photographie – Université Paris 8), Guillaume Blanc (Chargé d’étude et de recherche, INHA, doctorant – Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

15h : Une histoire partagée de la photographie. Le cas des photographes-historiens français des Trente Glorieuses

De quelle manière les photographes ont-ils partagé au cours des Trente Glorieuses leur regard et leurs savoirs sur l’histoire de la photographie ? L’intervention, consacrée à ces acteurs français de l’historiographie, soulignera que le photographe, qui fait de l’écriture une activité à «mi-temps » contrairement à l’historien de métier, parle, sur toute la période, aux photographes du dimanche et au grand public qui lui reconnaissent une réelle légitimité à faire de l’histoire dans les revues, à la radio, à la télévision. Premier des « historiens » de la photographie à utiliser tous les médias, le photographe est, plus que toute autre catégorie d’auteurs, un témoin et un faiseur de récits qui donne à voir, à lire et à entendre l’histoire sous l’angle de celui qui la fabrique.

Juliette Lavie (Docteur en histoire de l’art, Université Paris Nanterre-Chercheuse indépendante)

 

Projections (salle Walter Benjamin)

16h – 17h : Mai 1968 – Nous : image, information et politique en 1968 et aujourd’hui

À partir de la projection Mai 1968 – Nous préparée par les photographes Jean Pottier et Jacques Windenberger dans le temps des événements, cette proposition prend la forme d’un atelier où le public est invité à s’interroger sur les ressorts de la production de l’information. Il s’agit non seulement de mettre en valeur ce qui permet à Pottier et Windenberger de produire un récit singulier des événements à l’écart du circuit médiatique, mais aussi d’en tirer des propositions face à la situation politique actuelle et son traitement médiatique.

Présentation : Guillaume Blanc (Chargé d’études et de recherche, INHA – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Invité : Jacques Windenberger.

 

Dimanche 16 septembre

Conférences (Auditorium)

10h15 : La photographie, un art du partage ? Réflexions autour de l’œuvre de Janine Niepce

Cette conférence prend pour point de départ la photographie de Janine Niepce élue comme œuvre emblématique de cette édition des Journées du patrimoine. La photographe saisit un moment de complicité entre son père et son fils qui sourient à la lecture d’un album des aventures de Tintin. Ce document témoigne du statut privilégié de l’image photographique pour collecter les souvenirs de famille, réunis dans des albums et transmis au fil des générations. La photographie ne serait-elle pas l’art du partage par excellence, fruit des rencontres et support reproductible à volonté ? Le parcours engagé de Janine Niepce, reporter de l’agence Rapho qui documenta les mobilisations féministes des années 1970, offre quelques pistes pour interroger les moyens de ce partage, aujourd’hui démultiplié sur les réseaux sociaux.

Clara Bouveresse (Maître de conférences, Université d’Évry Val d’Essonne)

11h : L’histoire matérielle d’une image : notes sur la conservation-restauration des photographies

L’image de Janine Niepce choisie dans le cadre des Journées du patrimoine pose d’emblée – comme toute œuvre photographique – la question de la multiplicité des lectures possibles. Lorsqu’une photographie entre dans le champ patrimonial, elle est de facto analysée, décrite, documentée non seulement dans sa dimension documentaire mais également dans son contexte matériel de production et d’utilisation. C’est par le biais du développement de la discipline de la conservation et de la restauration des photographies, qui se trouve au croisement de nombreuses autres spécialités, que nous tâcherons d’appréhender l’histoire d’un tirage particulier de cette image.

Anne Cartier-Bresson (Conservatrice générale du patrimoine, responsable de la section Photographie du Département des restaurateurs de l’INP)

 

12h : La « Documentation photographique Roger-Viollet » ou le partage de la photographie

Fondée en 1938, la «Documentation photographique Roger-Viollet» voulut répondre à toute demande iconographique. Connues par leurs publications, ses 8 millions de photographies ont aussi répondu à l’appel de nombre de chercheurs, en particuliers en histoire de l’art. En effet, si les fonds premiers fournissaient en reproductions les étudiants des écoles d’art, ceux acquis entre 1945 et 1985 furent plus diversifiés. Légué à la Ville de Paris en 1985, cet ensemble est aujourd’hui un lieu de partage iconographique sans pareil. Ces photographies sont bien évidemment devenues une source historique quant aux travaux des photographes, des agences, des pratiques de l’édition et de la presse, mais aussi un objet patrimonial en tant que tel.

Delphine Desveaux (Directrice des Collections Roger-Viollet, Bibliothèque historique de la ville de Paris)

 

Conférences en bref (présentations de 10min, salle Walter Benjamin), 13h30 – 15h30

La photographie comme outil de dialogue. Étude à partir des fonds de deux collectifs de photographes : « l’agence Faut Voir » (1982-2000) et « le bar Floréal » (1985-2015)

Lydia Echeverria (Titulaire d’un master, Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine / BNF)

Les photographies de la Libération comme moment de communion sociale dans la Chadwyck-Healey Liberation Collection : le contexte artistique et de culture matérielle au début de la carrière de Janine Niepce

Sophie Defrance (Docteure, Peterhouse and Pembroke College, Cambridge University Library)

Autour de l’œuvre photographique de Daniel Boudinet (1945-1990)

Mathilde Falguière (Conservatrice du patrimoine, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine)

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.