[Colloque] Nouvelles théories de la photographie. Approches analytiques et continentales » (Paris, 5-6 octobre 2018)

Colloque international « Nouvelles théories de la photographie. Approches analytiques et continentales »

5 et 6 octobre 2018

Sorbonne Université – Faculté des Lettres, sous la direction de Laure BLANC-BENON et Frédéric POUILLAUDE

Une collaboration entre le Centre Victor Basch (EA 3552 – Métaphysique : histoires, transformations, actualité) et le Centre de Recherche sur la Conservation (USR 3224, CNRSMNHN-MCC) avec le soutien du CNRS et de l’Institut Universitaire de France (English version below)

Lieux du colloque / Venues
5 octobre 2018 : Salle D035, Maison de la recherche, 26 rue Serpente 75005 Paris
6 octobre 2018 : Auditorium de la Grande galerie de l’évolution, Muséum National d’Histoire Naturelle, Jardin des Plantes, 36 rue Geoffroy Saint Hilaire 75005 Paris

Le 5 octobre, l’inscription est obligatoire pour les personnes extérieures à l’université Paris-Sorbonne. Envoyer un message à : laure.blanc-benon@sorbonne-universite.fr

 

Michael Snow, Conception of Light (1992), Art Gallery of Ontario, Toronto

 

Un peu plus de cinq ans après la parution du numéro spécial du Journal of Aesthetics and Art Criticism intitulé “The Media of Photography” sous la direction de Diarmuid Costello et Dominic McIver Lopes, et deux ans après celle du numéro 34 de la revue des Études Photographiques dirigé par André Gunthert sous le titre “Que dit la théorie de la photographie ? Interroger l’historicité”, il semble pertinent, au vu des nombreuses interrogations communes à ces deux publications, d’évaluer en quoi les approches analytiques et continentales s’entendent ou non sur l’idée d’un renouveau des théories de la photographie et en quoi elles explorent des pistes qui se recouvrent partiellement. Dans les deux cas, le moteur de la réflexion est d’abord le constat d’un essoufflement des théories traditionnelles de la photographie, qu’on parle de “théorie orthodoxe”, de “réalisme indiciel”, de “paradigme de la trace” ou de “pouvoir épistémique”. Cet essoufflement serait apparu au tournant des XXe et XXIe siècles, parallèlement à la multiplication et la diversification des pratiques artistiques – accompagnées d’un brouillage des frontières entre peinture et photographie – d’une part, et à l’invention de la photographie numérique, d’autre part. Au-delà de certaines références communes (Bazin, Sontag), c’est autour de notions bien distinctes que les champs analytique et continental se sont respectivement constitués : celle de transparence (Scruton et Walton) pour les “analytiques” et celle d’indicialité (Krauss, Van Lier, Dubois et Schaeffer) pour les “continentaux”. Si tout le monde s’accorde à dénoncer aujourd’hui dans l’une et l’autre notions l’identification abusive de l’essence de la photographie au moment de l’enregistrement, à critiquer l’analogie entre trace et photographie, la question reste encore ouverte de savoir quelle théorie de la photographie est possible. Des réponses à cette question se multiplient depuis quelques années, que l’on songe à la défense de l’idée d’un processus de fabrication de l’image photographique à plusieurs étapes (Wilson, Lopes, Costello), à un questionnement sur la notion d’enregistrement (Gunthert) ou sur la possibilité d’une image-fiction (Dubois), pour ne donner que quelques exemples. Il est également frappant de constater à quel point toute tentative contemporaine de théorie de la photographie s’oblige elle-même, dans une forme de distance critique, à légitimer sa démarche, comme si la question se posait de savoir si une théorie de la photographie était tout simplement encore possible. En provoquant la rencontre de chercheurs issus de l’une et l’autre traditions, nous espérons construire un terrain de recherche commun et ouvrir des pistes pour la théorie de la photographie, levant le soupçon d’illégitimité qui pèse sur elle depuis que la reconnaissance de la diversité des pratiques et des histoires de la photographie s’est ancrée dans les mentalités. C’est une chose de déclarer que le moment de l’enregistrement ne peut pas être assimilé à l’essence de la photographie, c’en est une autre de savoir ce que peut penser une théorie de la photographie ou des photographies. Si notre approche est d’abord philosophique, elle ne s’interdit pas le recours à des discours relevant d’autres disciplines. Le renouveau des théories de la photographie va de pair avec une réflexion sur les histoires ou une contre histoire (Brunet) de la photographie ainsi que sur la dimension politique de ses usages (Azoulay). De nombreux aspects nous semblent encore à explorer : – la question de la nature de l’enregistrement ; – la résistance de la croyance à la force épistémique de la photographie ou aussi l’analyse des formes historiques qu’ont pu prendre cette croyance ; – la dimension temporelle de la photographie (du fait de sa production par un processus à plusieurs étapes mais aussi du fait de sa diffusion à l’ère numérique) ; – la dimension matérielle de la photographie à l’ère du numérique. Langues de travail : français et anglais (avec traduction simultanée)

International Conference “New Theories of Photography. Analytic and Continental Approaches” October 5-6, 2018 Sorbonne

University Organisers: Laure BLANC-BENON and Frédéric POUILLAUDE

Co-funded by the french CNRS and the Institut Universitaire de France. A collaboration between Centre Victor Basch (Sorbonne Université – EA 3552) and the Centre de Recherche sur la Conservation (USR 3224, CNRS-MNHN-MCC)

The special issue of the Journal of Aesthetics and Art Criticism entitled “The Media of Photography” co-directed by Diarmuid Costello and Dominic McIver Lopes (2012) and “Que dit la théorie de la photographie ? Interroger l’historicité” directed by André Gunthert (Études Photographiques, N034, 2015) raise lots of similar questions. It therefore seems relevant to wonder whether analytic and continental approaches agree or not about the renewal of theories of photography and how they explore solutions that partly corroborate each other. In both cases, the starting point is the analysis that traditional theories of photography are running out of steam, be it “orthodox theory”, “indexical realism”, “paradigm of the trace” or “epistemic power”. This loss of influence occurred at the turn of the XXth and XXIth centuries with the diversification of artistic practices – including a well known blurring of boundaries between painting and photography – on the one hand, and with the invention of digital photography on the other hand. Beyond some common classical references (Bazin, Sontag), the analytic and continental fields developed on the basis of quite different notions: the notion of transparency (Scruton, Walton) for the former field, and the notion of indexicality (Krauss, Van Lier, Dubois, Schaeffer) for the latter. The current consensus is to criticise in both notions the improper identification of the essence of photography to the recording event and the analogy between a trace and a photography. Yet, the question remains open of which theory of photography is possible. Over the last few years, a number of answers have been proposed such as explaining the production of a photographic image as a multi-stage process (Wilson, Lopes, Costello), exploring the very notion of recording (Gunthert) or the possibility of a fiction-based image (Dubois). It is even more striking that any contemporary attempt towards a theory of photography implies some self-legitimisation and some critical reflexion on its own method, as if one wondered if a theory of photography was even possible. By gathering researchers from both traditions, we aim at building a common research ground and at opening new avenues for the theory of photography, which has been destabilized since the diversity of artistic practices and of different histories of photography have been acknowledged. Beyond stating that the recording event cannot be identified to photography, we will ask what a theory of photography or of photographies can exactly focus on and output. Our approach is a philosophical one but it does not preclude other disciplines. The renewal of the theory of photography goes along with a new way of thinking about the history of photography (Brunet), as well as a reflexion on the political dimension of the use of photography (Azoulay). Possible topics of discussion include: – the nature of photographic recording, – the persistance of the belief in the epistemic power of photography as well as the analysis of its historic manifestations, – the temporal dimension of photography that results from a multi stage process but also from its diffusion within the digital world, – the material dimension of digital photography. Working languages of the conference: French and English (with simultaneous translations)

 

Vendredi 5 octobre

Lieu / Venue : Salle D035, Maison de la recherche
28 rue Serpente, 75005 Paris

9.00 – 9.10 Welcome / Accueil des participants
9.10 – 9.20 Mots d’introduction / Introducing words

9.20 – 10.20 Jiri Benovsky (Université de Fribourg) / Photographs, Paintings and Imagination
10.20 – 11.20 Dawn M. Wilson (University of Hull) / The latent Image of Photography
11.20 – 11.40 Pause Café / Coffee break
11.40 – 12.40 André Gunthert (EHESS, Paris) / L’adieu au photographique

12.40 – 13.40 Déjeuner / Lunch break

13.40 – 14.40 Dominic McIver Lopes (UBC, Vancouver) / An Argument for the New Theory of Photography
14.40 – 15.40 Laure Blanc-Benon (Sorbonne Université, Paris) / Enregistrer n’est pas dépeindre
15.40 – 16.00 Pause café / Coffee break
16.00 – 17.00 Diarmuid Costello (University of Warwick) / What is Abstraction in Photography?
17.00 – 17.30 Discussion générale / General Discussion

Samedi 6 octobre

Lieu /Venue : Auditorium de la Grande galerie de l’évolution, Muséum National d’Histoire Naturelle
Jardin des plantes, 36 rue Geoffroy Saint-Hilaire, 75005 Paris

10.00 – 10.15 Accueil des participants

10.15 – 11.15 Frédéric Pouillaude (Aix-Marseille Université) / Approches documentaires : preuve et discursivité contextuelles
11.15 – 12.15 Gilles Saussier, Photographe (ENSP Arles) / Autour de Spolia

12.15 – 13.45 Déjeuner / Lunch break

13.45 – 14.45 Nathalie Boulouch (Université Rennes 2) / Photographie des couleurs : la rétine, le caméléon, la fécule et le projecteur
14.45 – 15.45 Delphine Balley, Photographe / Photographie, traces, apparition
15.45 – 16.45 François Brunet (Université Paris-Diderot) / Des vertus négatives de la photographie : contre-histoire, contre-modèle, contre-pouvoir

16.45 – 17.00 Remarques conclusives / Closing remarks


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.