Gabrielle de la Selle, La photographie militante en action: l’inauguration du groupe scolaire Karl-Marx de Villejuif en 1933


Par Gabrielle de la Selle (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine / Donation Jacques-Henri Lartigue)


Réalisation s’inscrivant dans le courant des nouvelles constructions architecturales d’avant-garde par les municipalités communistes et socialistes de l’entre-deux-guerres, le groupe scolaire Karl-Marx de Villejuif est inauguré le 9 juillet 1933. Davantage qu’une inauguration, cet évènement est présenté par Vaillant-Couturier, maire de Villejuif, comme une véritable « démonstration populaire1”. Il s’agit de marquer par un grand évènement l’expression d’une volonté politique qui, à travers un geste architectural et social, tend à prouver les capacités du Parti communiste français à gérer une ville et ses infrastructures, répondant aux besoins des travailleurs et de leurs enfants2 : une réalisation faite par et pour le peuple. Le jour de l’inauguration, les associations militantes sont mobilisées ainsi que les groupements ouvriers, dont feront partie les APO (Amateurs photographes ouvriers). Secrétaire de l’AEAR (Association des Ecrivains et artistes révolutionnaires), Paul Vaillant-Couturier invite la section photographie ainsi que les autres sections à participer au programme de la journée. Le cas de l’école Karl-Marx concrétise un rassemblement des mouvements populaires tout en questionnant la réussite de cette entreprise et leur véritable unité, en particuliers pour les groupements de photographes.

Willy Ronis, Inauguration du groupe scolaire Karl Marx de Villejuif, 1933 (négatif, image positivée) © Ministère de la Culture – MAP, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Il s’agit donc d’un évènement significatif pour appréhender l’organisation de l’image militante et sa diffusion qui prend forme au début des années 1930. Avec la création de l’AEAR en 1932, une section photographie se met en place, à l’initiative de Louis Aragon et d’Eli Lotar qui en sera le secrétaire, et tente de créer des liens avec le mouvement des Amateurs Photographes Ouvriers. En France, c’est à partir de l’année 1930 que se forme l’association des APO, affiliée au Parti communiste et puisant ses origines au sein d’un contexte international, notamment du mouvement de photographie ouvrière allemand à l’initiative de Willy Münzenberg dans les années 19203. A l’image des « rabcors »4, les amateurs photographes ouvriers se font les correspondants par la photographie de leurs conditions de vie et de travail, fournissant des reportages à la presse militante à propos desquels il n’est plus question de loisirs amusants ni de « photos-souvenirs5”, mais d’une image au service de la lutte des classes6. Cependant, les traces des collaborations entre les APO et la section photo de l’AEAR sont rares, mettant en doute une véritable unité au sein de la photographie engagée. Le groupe scolaire de Villejuif vient cristalliser les questions posées sur la place de la photographie documentaire et sociale qui tente de s’organiser au début des années 1930, dans un contexte de formation des mouvements antifascistes. C’est également une illustration du processus de propagande au sein de ces milieux, de l’utilisation des images prises à cette occasion, publiées et exposées, notamment au sein des réseaux militants.

L’inauguration du groupe scolaire de Villejuif, construit par l’architecte et membre de l’AEAR André Lurçat, est l’occasion pour Paul Vaillant-Couturier de mobiliser un réseau associatif et militant à Paris et en région parisienne. Sa correspondance conservée aux archives municipales de Villejuif en témoigne, avec de nombreuses lettres de sollicitations à diverses associations. Ainsi, la programmation de la journée7 est composée de représentations des groupes de la FTOF (Fédération du Théâtre Ouvrier de France), de musiciens et de sportifs de différentes municipalités (Ivry, Vitry…), avec la présence de la Fédération sportive ouvrière. En tant que Secrétaire général de l’AEAR, Vaillant Couturier établit un lien en mobilisant différentes sections : la chorale de l’AEAR, les photographes ainsi que la section cinématographique qui projette les actualités prolétariennes ainsi qu’un film de Jean Lods sur la construction de l’école. Le cinéma fait donc partie intégrante, au même titre que la photographie, de la propagande du maire de Villejuif. Faisant appel à une grande diversité des médiums, il met en place une véritable politique de communication pour la municipalité communiste. Les images fixes et animées représentent d’autre part un outil pour le peuple, dont la portée éducative est mise en avant. En cela, La figure de Léon Moussinac, responsable de la section cinéma de l’AEAR, est centrale au sein de leur utilisation comme moyen de démocratisation culturelle à destination des ouvriers8. En 1931, il crée une Fédération ouvrière de ciné photo afin de regrouper les deux médiums et établit des liens avec les Amateurs Photographes Ouvriers.

Willy Ronis, Inauguration du groupe scolaire Karl Marx de Villejuif, 1933 (négatif, image positivée) © Ministère de la Culture – MAP, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

En ce qui concerne la photographie, une même lettre est écrite par le maire de Villejuif, invitant les photographes membres de l’AEAR et les APO à prendre des photos du jour de l’inauguration. S’il avait déjà fait appel à l’association des photographes ouvriers pour couvrir des évènements de la municipalité quelques mois plus tôt, en janvier 1933, c’est vraisemblablement la première fois que les deux groupements sont présents à une même manifestation culturelle. Au cours de leurs premières années d’existence, au début des années 1930, les rapports entre la section photo et les APO semblent complexes. L’article manifeste rédigé par le photographe et membre de l’AEAR Henri Tracol, donne une représentation de la photographie comme « arme de classe9  » , outil participant au renversement des critères bourgeois. La section photo de l’AEAR souhaite réunir tous les « photographes révolutionnaires », aussi bien professionnels qu’amateurs, en se plaçant dans la continuité de la formation des groupements d’ouvriers photographes en Allemagne puis en France, notamment10. La section photo de l’AEAR prend également contact avec les APO afin de constituer des archives photographiques communes. Dans les faits, les deux groupements publient au sein de la presse communiste (Regards, L’Humanité) et occupent, à partir de novembre 1932, les mêmes locaux au 13 rue du Faubourg Montmartre qui deviendra le siège de la Confédération Culturelle ouvrière. Néanmoins des différences, mises en lumière par Christian Joschke11, subsistent quant à la nature et à l’origine des organisations. Si le mouvement des APO se veut plus proche des correspondants ouvriers, la section photo réunit des photographes professionnels qui revendiquent également un statut d’auteur. Cependant, le projet d’un « front commun » photographique est alors exprimé comme une priorité au sein des tâches de la section photo de l’AEAR, dans un rapport du bulletin intérieur de l’AEAR signé par le photographe Eli Lotar12. Si une collaboration a été engagée à travers des cours de photographie donnés au APO par les photographes de l’AEAR, les amateurs ouvriers ont ensuite coupé les liens.

L’inauguration de l’école de Villejuif, correspondant à cette période d’une entente à construire, apparaît comme une tentative de concrétisation pour rassembler la photographie révolutionnaire naissante autour d’une réalisation communiste. Pour l’AEAR, Eli Lotar photographie la représentation sur scène de la pièce Fantômes du groupe Octobre13, troupe de théâtre d’agit-prop dont il est proche. Willy Ronis, également membre de l’AEAR, photographie la foule devant les manifestations, des vues générales de l’architecture, des images d’ensemble de l’inauguration14. Des photographies créditées AEAR paraissent dans différents journaux comme Marianne ou encore Regards, illustrant l’architecture. Quant aux autres publications traitant de l’inauguration, telles que L’Humanité, aucun crédit ne permet d’identifier un photographe. D’autres images amateurs et anonymes de l’inauguration sont conservées, notamment aux archives municipales de Villejuif. Elles permettent de compléter la vision des photographes par la représentation des hommes politiques, intellectuels et artistes présents ce jour-là.  La présence des APO et la possibilité d’une collaboration avec la section photo restent donc à nuancer, car aucune image, tirage ou publication retrouvés ne sont crédités à leur nom.

La section photographique de l’AEAR est également présente à l’inauguration de l’Exposition de la Pédagogie Nouvelle, à laquelle sont présentés des clichés. Organisée avec Célestin Freinet et le Cercle de la Russie Neuve, l’exposition porte sur l’enfance et la présentation des nouvelles théories de l’éducation, inspirées à la fois des pratiques en URSS et de l’école moderne défendue par Freinet15. Cet instituteur français prône lui-même une introduction des techniques contemporaines au sein des pratiques pédagogiques, dont celles liées à l’image. Il publie ainsi en 1927 le journal L’Imprimerie à l’école puis l’Educateur Prolétarien (sous-titré : « l’imprimerie à l’école, le cinéma, la radio, les techniques nouvelles d’Education populaire »). Dans le premier numéro de ce bulletin figure l’article « Pour un groupe d’amateurs photographes ouvriers (A.P.O.) au sein de la coopé16 » dans lequel se trouve reproduit un tract de propagande en faveur des APO, appel à rejoindre l’association. Célestin Freinet exprime le souhait de constituer au sein de sa coopérative un groupe d’amateurs photographes sur le même modèle, et d’établir un lien avec les associations déjà existantes : « La liaison avec l’A.P.O. et éventuellement avec l’A.E.A.R. nous permettra de profiter dès le début des efforts de camarades dont l’exemple nous sera précieux17”.

Couverture de la brochure éditée à l’occasion de l’inauguration du groupe scolaire situé avenue Karl Marx à Villejuif, le 9 juillet 1933
Copyright Archives communales de Villejuif

L’inauguration du groupe scolaire Karl-Marx permet un état des lieux des coopérations entre les mouvements modernes, antifascistes et les milieux naissants de la photographie sociale et documentaire. Elle constitue une des premières concrétisations des activités de la section photographie de l’AEAR, par l’exposition d’images et la prise de clichés sur la sollicitation du maire de Villejuif. Paul Vaillant-Couturier, figure relais entre le parti communiste et ses associations affiliées, établit le lien avec les Amateurs Photographes Ouvriers, qui seront sollicités à plusieurs reprises pour documenter des évènements municipaux. Il va mettre en place une propagande de promotion du groupe scolaire, utilisant la photographie sous des formes multiples. Ainsi, il s’agit d’appréhender à la fois, comme le souligne Tracol dans son article des Cahiers Rouges, la « photo à caractère révolutionnaire » et « l’utilisation révolutionnaire de la photo18”.

Le groupe Karl-Marx  représente, selon Jean-Louis Cohen, la réponse d’une municipalité communiste à la ville de Suresnes et la construction du groupe scolaire de l’architecte Maurice Payret-Dortail (1927)19. A l’initiative du maire de Suresnes Henri Sellier, partisan d’un urbanisme social, Maurice Payret-Dortail conçoit une école élémentaire et primaire (aujourd’hui lycée Paul Langevin) où les préoccupations hygiénistes et sociales s’incarnent dans la création d’équipements modernes (gymnase, piscine, salle de théâtre et de cinéma….) et de techniques nouvelles (systèmes d’aération, matériaux des sols propices au nettoyage…). Influencé par les CIAM (Congrès internationaux d’architecture moderne20 ) et certains modèles d’architecture scolaire étrangère, André Lurçat, élu par le jury du projet de construction, va concevoir une école répondant aux critères modernes en termes d’architecture, d’hygiène et d’éducation, comportant de nombreuses similarités avec Suresnes. Il fait également appel à son frère Jean Lurçat, peintre et membre de l’A.E.A.R., pour concevoir des fresques au sein du réfectoire. Un grand nombre de journaux, français et étrangers, vont se faire le relais des apports de cette nouvelle école pour garçons et filles qui se place au cœur de la pensée d’éducation nouvelle. Des salles sont destinées à des activités comme le sport, le dessin, le cinéma, et un espace solarium est conçu.  La forme architecturale, les matériaux utilisés, le mobilier (Thonet) sont conçus dans un but hygiéniste, s’inscrivant dans l’évolution d’une lutte contre l’insalubrité et tourné vers l’amélioration des conditions de scolarité et de vie des enfants, faisant la part belle à l’air et la lumière.

“L’école où l’enfant est roi”, Regards, 6 juillet 1933, Paris
Copyright Archives communales de Villejuif

La presse militante de gauche publie les photographies du bâtiment, accompagnées de textes élogieux qui portent à la fois sur l’architecture moderniste ainsi que sur le concept d’une nouvelle école où les besoins de l’enfant sont pris en compte : Regards titre son article « L’école où l’enfant est roi » (avec photos d’architectures créditées AEAR)21. Dans L’Humanité, Marcel Cachin donne au groupe scolaire le titre de « la plus belle école de France22 » et Louis Aragon interroge J. Cogniot sur les politiques de l’enseignement public23.

Les images de l’architecture sont donc largement diffusées au sein de la presse, de diverses tendances politiques et dans des revues spécialisées. Si certaines proviennent de photographes de l’AEAR ou ne sont pas créditées, la plupart ont été réalisées par des photographes professionnels qui, s’ils ont pu entretenir des liens avec elles, ne sont pas membres d’associations militantes de photographie. François Kollar est l’auteur de vues de l’école24, ainsi qu’Albin Salaün, auteur par ailleurs de nombreuses images d’architecture. Paul Vaillant-Couturier va mettre en place un véritable plan de diffusion des photographies, sur de multiples supports. Il fait une commande d’environ 20 000 cartes postales de l’école (créditées Albin Salaün) et édite une brochure de présentation de l’école tirée à 6000 exemplaires et vendue le jour de l’inauguration, comportant 150 illustrations : des vues de l’architecture non créditées ainsi qu’une photographie d’enfants en couverture. Ce sont également des enfants qui figurent sur la diffusion d’une affiche pour l’inauguration de l’école, dessinés par Rosianu, affilié à l’AEAR.

La mise en avant de la réalisation d’André Lurçat par la photographie va se poursuivre dans les cercles culturels militants. Ainsi, des images du groupe scolaire Karl-Marx et l’affiche de Rosianu sont exposés au Salon des Artistes Révolutionnaires25 organisé par les artistes de l’AEAR du 27 juillet au 18 février 1934 à la Porte de Versailles. Les images exposées, comme celles qui ont été publiés auparavant, adoptent un statut de document illustrant l’œuvre de l’architecte. Il ne s’agit pas ici de présenter l’œuvre photographique d’un auteur mais d’exposer la réalisation d’un architecte engagé au même titre que les peintres, sculpteurs et dessinateurs.

Au cours des années 1930, le groupe scolaire Karl-Marx va faire des émules au sein des municipalités de banlieue parisienne, représentant un sujet pour la photographie engagée. En témoignent des reportages comme celui de Chim (David Seymour dit) sur l’inauguration du groupe scolaire Octobre à Alfortville, publié dans Regards le 1er avril 193426. Contrairement à l’article publié l’année d’avant sur l’école Karl-Marx27 qui contenait seulement des photos d’architecture, les images de celui-ci illustrent les manifestations de l’inauguration et le quotidien des enfants de cette nouvelle école. Ces problématiques autour de l’école moderne rejoignent le sujet plus vaste de l’amélioration des conditions de vie et d’urbanisme qui constitue un des motifs majeurs pour la photographie sociale et documentaire, notamment chez les photographes de l’AEAR.

Cet article a été réalisé dans le cadre de recherches pour le projet “Photographie, arme de classe”, en collaboration avec le Labex Arts H2H de l’université Paris 8 et le Cabinet de la photographie du Centre Pompidou. L’exposition aura lieu au Centre Pompidou, Galerie de Photographies du  7 novembre 2018 au 4 février 2019. Ce texte étant le fruit d’un travail de recherche collectif, je tiens à citer et remercier également Christian Joschke, Damarice Amao, Max Bonhomme et Eva Verkest, ainsi que Karolina Lewandowska et Florian Ebner.

  1. Terme utilisé par Paul Vaillant-Couturier dans une lettre conservée aux archives municipales de Villejuif []
  2. Idée avancée par Jean-Louis Cohen dans André Lurçat, 1894-1970 : autocritique d’un moderne, Liège, P. Mardaga, 1995 []
  3. Christian Joschke, « L’histoire de la photographie sociale et documentaire dans l’entre-deux-guerres. Paris dans le contexte transnational », Perspective, 1 | 2017, p. 113-128. []
  4. Abréviation du terme russe pour désigner les correspondants ouvriers et paysans qui contribuent au contenu de la presse communiste par la rédaction d’articles. []
  5. Tract des APO, 1934, Archives nationales. []
  6. Anonyme, « Fédération ouvrière de Ciné-Photo. Un appel international de photographes ouvriers aux camarades photographes de tous les pays. », L’Humanité, 7 juin 1931, p. 4. []
  7. « Programme de la journée-horaire » publié en une du journal Front Rouge, 1er juillet 1933. []
  8. Valérie Vignaux, « Léon Moussinac et L’Humanité du cinéma. Cinéma militant et militantisme culturel dans l’entre-deux-guerres en France », Études photographiques, 27  mai 2011, [En ligne], mis en ligne le 13 décembre 2011. []
  9. Henri Tracol, « La photographie, arme de classe », Cahier rouge, vol. 1933, n. p. []
  10. Christian Joschke, « L’histoire de la photographie sociale et documentaire dans l’entre-deux-guerres. Paris dans le contexte transnational », Perspective, 1 | 2017, p. 113-128. []
  11. Ibidem. []
  12. Eli Lotar, « Photographie », Bulletin intérieur de l’A.E.A.R., n°2, juillet 1933, p. 17. []
  13. Photographies appartenant à la collection du Centre Pompidou et publiées avec un texte de Damarice Amao dans Damarice Amao (dir.), Elie Lotar, (exposition, Paris – Jeu de Paume, 14 février – 28 mai 2017), Paris, Editions photosynthèses, 2017. []
  14. Fonds Willy Ronis de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine. []
  15. Sur le contexte allemand voir également Christian Joschke, “L’œil du travailleur : photographie ouvrière et éducation politique en Allemagne (1926-1933)”, Histoire@Politique, n°33, septembre-décembre 2017, en ligne : https://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=33&rub=dossier&item=314 []
  16. Célestin Freinet, « Pour un groupe d’amateurs photographes ouvriers (A.P.O.) au sein de la coopé » in l’Educateur Prolétarien, n° 1, 1932. []
  17. Ibidem. []
  18. Henri Tracol, « La photographie, arme de classe », art. cit. []
  19. Jean-Louis Cohen, André Lurçat, 1894-1970 : autocritique d’un moderne, op. cit. []
  20. Les Congrès internationaux d’architecture moderne ont lieu de 1928 à 1956. A l’initiative de l’architecte Le Corbusier, il comprend au commencement un groupe de 28 architectes dont André Lurçat. La 4ème réunion des CIAM de 1933 (sur un bateau qui va de Marseille à Athènes) a mené à la charte d’Athènes, programme conçu autour du thème de la ville fonctionnelle. []
  21. André Lurçat (légendes), AEAR (photographies), « L’école où l’enfant est roi », Regards, 6 juillet 1933. []
  22. Marcel Cachin, « Villejuif va inaugurer la plus belle école de France », L’Humanité, 28 juin 1933 []
  23. Louis Aragon, « Qu’enseignera-t-on à Villejuif », L’Humanité, 7 juillet 1933. []
  24. Publication des photographies de François Kollar dans La revue vulgarisatrice de l’industrie moderne, n° 22, février 1934. []
  25. Reconstitution de l’exposition in Eva Verkest, A propos de deux expositions de l’A.E.A.R : Le Salon des artistes révolutionnaires (1934) et Documents de la vie sociale (1935), mémoire de master II, Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense, Nanterre, 2016. []
  26. Photographies de Chim et une photo de l’AEAR in Anonyme, « Octobre », Regards, n° 13, 13 avril 1934, p.7. []
  27. André Lurçat (légendes), AEAR (photographies), « L’école où l’enfant est roi », op. cit. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.