Compte-rendu de la réunion du 2 décembre : photographie, architecture et territoire

La réunion a eu lieu de 18h à 20h en salle Demargne (INHA). Environ 25 personnes sont présentes.

Après une introduction sur les enjeux d’une réflexion croisée sur l’architecture, le territoire et la photographie (thème de la séance) par les membres du bureau de l’ARIP, la réunion a donné lieu à la présentation de deux recherches en cours, l’une émise par une doctorante en histoire de la photographie, l’autre par doctorante en architecture.

Carolin Goergen, Université Paris VII Diderot
(Carolin.Gorgen@gmail.com)
Amateurs – Ruines – Kodak : La (re)construction photographique de San Francisco après le tremblement de terre en 1906

Frédérique Mocquet, ENSA Paris-Malaquais/Université Paris-Est
(fmocquet@gmail.com)
Paysages photographiques : photographie, prospective et aménagement du territoire

 

Carolin Görgen : Amateurs – Ruines – Kodak : La (re)construction photographique de San Francisco après le tremblement de terre en 1906

City Hall à San Francisco, après le tremblement de terre. ‘San Francisco Earthquake and Fire Collection’ Bancroft Library, Californie

Carolin s’intéresse à la façon dont le tremblement de terre de 1906 à San Francisco a été photographié par les amateurs. L’iconographie des clichés (ruines), leur esthétique (accent pictorialiste, dimensions pittoresque) ainsi que la manière donc ils participent d’une reconstruction visuelle et morale de la ville, sont pris en compte dans son étude.

1 / Rappel du rôle historique de la photographie et de sa fonction de documentation de l’espace urbain à San Francisco

Dès le Golden Rush on peut constater un attachement à la documentation visuelle de la ville. L’image photographie sert alors :

-A former une nouvelle représentation collective de la ville

-A témoigner de son quotidien (envoie de photographie aux familles éloignées)

-A ratifier du projet de créer une ville moderne sur un territoire reculé, peu développé. La photographie s’avère le médium parfait pour matérialiser ce projet de par les temporalités qu’elle enchevêtre : passé de l’instant photographié rendu présent au moment de la réception, et ouvert sur les potentialités futures des aménagements urbains (cf. citation de Peter Hales).

1880, la pratique de la photographie se développe. Les photographies panoramiques sont à la mode, et les cercles d’amateurs se structurent à partir des années 1890 (membres issus d’une classe bourgeoise, désireux de s’élever intellectuellement ; la pratique photographique créer des cercles de sociabilité autours d’aspirations communes). La publication Camera Craft, témoigne de leur état d’esprit.

Fin 19e et début 20e, les appareils Kodak (notamment le 1 $ Brownie) rend la photographie accessible à tous. Cette révolution a un impact sur ces cercles. Les valeurs dont ils sont les dépositaires sont en déclin (deux profils d’amateurs s’affrontent, « érudits »/lambda). Capturer l’image de la ville devient une volonté qui se généralise. Les points de vue s’en trouvent diversifiés.

2/ Episode du tremblement et l’hypothèse d’une « imagination historique »

Les différents degrés de destruction sont documentés par l’ensemble de la population. Il est difficile de discerner dans la majorité des cas, dans quelle optique ces photographies ont été prises (Simple souvenir ? Visée commerciale ? Valeur purement documentaire / scientifique ?)

Pour sortir de cette aporie de l’intentionnalité qui préside à la prise de vue, Carolin choisit de penser ce phénomène de documentation de l’espace urbain comme une façon indirecte de véhiculer des idées collectives. Le tremblement est un événement emblématique en ce qu’il est le catalyseur d’une réflexion sur la ville. Les clichés permettent entre autres :

-De donner à voir l’ampleur des dégâts

-De prévoir des mesures en conséquence

-De construire une identité locale dont sont porteurs les amateurs.

Carolin mobilise ici le concept d’”Historical Imagination” et de “Snapshot” en s’appuyant notamment sur The Camera as Historian de E. Edwards (2012), Reading Americain Photographs de A. Trachtenberg (1989) et Untimely Ruins de Nick Yablon (2009 – pour le terme ”snapshot memories”).

->La photographie est un outil qui profite à une nouvelle approche active de l’histoire (concept d’hypermnesia qui est l’opposé de l’amnésie).

Questions ouvertes / Work in progress :

-Comment s’articulent les enjeux locaux et nationaux dans cette construction identitaire par le biais de la photographie ? (Questionner le rôle des institutions dans la gestion de l’archivage, notamment les musées)

-Quelle est la part respective de la population, des pouvoirs locaux et des lobbies dans cet effort de reconstruction de l’image de la ville de S.F. ?

-Quelle a été le rôle de la documentation scientifique, notamment celle produite par les photographes amateurs de la CA State Earthquake Commission?

Pour prolonger sa réflexion par des lectures :

-Articles, écrits dans la presse qui accompagnent les images de ruine, lettres personnelles sur les événements.

-Ecrits du XXe siècle sur l’expérience de l’espace urbain

 

Frédérique Mocquet : Paysages photographiques : photographie, prospective et aménagement du territoire

Emmanuel Pinard, “Pantin”, 2006, série “Périphérie” (2006-2012)

Frédérique a été récemment diplômée de l’école d’architecture Paris Malaquais et a pratiqué la photographie dans ce cadre d’étude. Son projet de diplôme interrogeait déjà les liens unissant photographie et appréhension du territoire, du paysage, du site. La thèse lui permet d’approfondir cette réflexion, de mieux conceptualiser aussi bien l’usage empirique et instrumental du médium photographique que la production et la reconduction de codes esthétiques lorsqu’il s’agit de représenter l’espace (esthétique du banal entre autre)

Au départ de cette investigation : l’intuition que la photographie peut produire des contenus qui sont utiles aux « aménageurs » (urbanistes, architectes, paysagistes) et a fortiori aux chercheurs. Selon elle, le fait que la photographie offre une expérience différée de l’espace n’est pas à envisager de façon négative. De fait, cette mise à distance ouvre de nombreuses autres possibilités. Elle peut notamment nous donner à voir des détails qui passeraient inaperçus in situ, et nous renseigner sur des aspects parfois absents ou négligés par les études conventionnelles (ex : usages, invention du quotidien, détournement etc.).

La présentation a commencé par un état des lieux détaillé de la filiation photographie – territoire par le biais de la commande.

Topos sur :

-Mission Héliographique, 1851

-New Topographics, 1975

-DATAR, 1983-1989

Frédérique a ensuite fait un point sur les commandes moins connues que l’on peut appeler « post-Datar » :

-Les Quatres saisons du Territoire, Granit CAC, 1987-1991.
Commande artistique revendiquée comme telle. Sont missionnés des photographes connus. But affiché : une meilleur identification de ce territoire, au sens topographique mais surtout identitaire.

-Euroméditerranée, 2002-2009.
Commande d’un organisme d’aménagement, établissement public administratif à Marseille. But : donner à voir les rapides mutations de la ville.

Ce dernier exemple pointe une problématique récurrente dans l’étude de ce type commande : le projet d’aménagement est arrêté mais les photographes sont sur le terrain et produisent des images. Qu’est-ce qui justifie alors la production de ce matériau documentaire ? (//images de la Mission Héliographique et de la Datar dont on n’aura fait aucun usage scientifique)

Hypothèse de travail: la plupart de ces commandes recherche davantage une validation artistique qu’une production de documents exploitables.

Image d’en-tête : Emmanuel Pinard, “Nantes-Pornic”, coffret de photographies, 2012-2013 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search