Import/Export. Compte-rendu de la réunion du 18 décembre

La première réunion du chantier Import/Export. Aux sources du langage sur la photographie s’est tenue en salle Jean Mitry (1er étage de l’INHA), le jeudi 18 décembre 2014. Elle a rassemblé une quinzaine de participants et s’est ouverte à 18h.

Les points à l’ordre du jour étaient les suivants :

I. Présentation des buts du chantier et des réalisations proposées (lexique, cycle d’entretiens)

II. Réflexion et prise de décision autour du lexique (entrées, structure des notices, méthodologie de rédaction)

III. Réflexion et prises de décision autour du cycle d’entretiens (personnalités à inviter, organisation)

Pour la synthèse : voir le bilan en fin de compte-rendu

I. Le chantier Import/Export : ses buts, ses modes opératoires (lexique et cycle d’entretiens)
1. Buts

Proposé par Laureline Meizel, ce chantier veut questionner l’évidence actuelle de certaines expressions du langage photographique devenues idiomatiques, tant chez les historiens, les théoriciens et les critiques, que chez les photographes. Les exemples donnés sont “medium photographique” et “surface sensible”.

Son propos serait ainsi de retracer la généalogie des sens et des usages de ces expressions, afin de comprendre quelle(s) tradition(s) théorique(s), disciplinaire(s), épistémologique(s), culturelle(s) et linguistique(s), nous convoquons lorsque nous les employons.

Parallèlement, on pourrait s’intéresser dans ce cadre aux concepts qui s’inspirent du dispositif photographique, certains courants de pensée l’ayant utilisé ou l’utilisant comme métaphore conceptuelle. On pourrait par exemple analyser le concept de “boîte noire”, employé dans le contexte de la théorie des médias par Flusser aux débuts des années 1980 (voir la bibliographie en fin de compte-rendu), mais aussi dans celui de la sociologie des sciences dans les années 1980, par Latour notamment, et revenu par ce biais dans le giron de l’histoire de la photographie (Gunthert, 2003 ; Gervais, 2007).

2. Organisation

Destiné à retracer des transferts, le titre proposé pour désigner ce chantier est donc Import/Export. Aux sources du langage sur la photographie. Soumis à l’approbation de l’assemblée, il est accepté par l’ensemble des participants.

Ce chantier nécessitant de rassembler des connaissances sur un grand nombre de disciplines, dans des aires géographiques et temporelles variées, il est donc ouvert à tous et sur un temps long. A termes, ce chantier se veut transdisciplinaire (historiens de la photographie, des sciences, de l’art, philosophes, linguistes, économistes, anthropologues et sociologues seraient les bienvenus), et international.

Pour donner forme aux recherches menées dans le cadre de ce chantier, deux réalisations sont proposées :

  • La première est un lexique collaboratif ;
  • La seconde est un cycle d’entretiens avec des personnalités fondatrices des récits sur la photographie.

Ces deux réalisations font l’objet de la suite des discussions.

II. Le lexique : collaboration, entrées, structure, méthodologie
1. Une écriture à mesure et collaborative

Pour amorcer les recherches et en faire état, un lexique est proposé. Son principe serait proche de celui d’un wiki, c’est-à-dire que les notices seraient rédigées de manière collective. Chaque rédacteur apporterait ses connaissances sur une partie de l’histoire de l’expression faisant l’objet de la notice, à hauteur d’une phrase ou de plusieurs paragraphes. L’apport du contributeur pourrait se restreindre à son ou ses domaines de compétences, mais pourrait aussi en déborder ; il pourrait se résumer à un travail de synthèse de recherches contemporaines (et s’accompagner alors d’une bibliographie précise, voir infra, II.3.) ou proposer une analyse inédite. Chaque rédacteur serait cité, les notices étant signées de tous les noms de ses rédacteurs. La responsabilité scientifique de l’article serait donc supportée au même titre par tous les co-auteurs. Par ailleurs, les co-auteurs pourraient ré-exploiter leurs contributions dans d’autres travaux1.

Les principes du lexique et des notices collaboratives signées sont acceptés par l’assemblée.

Pour harmoniser les différents paragraphes, on propose qu’un ou plusieurs modérateurs soient nommés pour chaque notice. On propose alors que ce ou ces modérateurs soient distingués par une étoile.

Le principe du ou des modérateurs est accepté, mais celui de l’étoile est refusé.

Se pose alors la question des termes à traiter (quelles entrées pour le lexique ?), ainsi que celles de la structure des notices et de leur méthodologie de rédaction.

2. Entrées du lexique

Quant aux entrées du lexique, plusieurs mots ou expressions sont proposés : “medium photographique”, “surface sensible”, “surimpression/impression”, “photographie”, “amateur”, “tirage/cliché/épreuve”,… On évoque la possibilité que certains mots soient regroupés sous une méta-entrée. Par exemple : “tirage”, “cliché”, “épreuve”, pourraient être regroupés sous le terme “itération” ou “reproduction”. Cette question n’est pas tranchée. Concernant ces derniers termes, on rappelle qu’il ne s’agit pas de faire un vocabulaire technique (à ce titre, on renvoie par exemple à Cartier-Bresson (dir.), 2008) mais, plutôt, de retracer les sens et les usages de ces termes dans le cadre des écrits sur la photographie, qu’ils émanent des praticiens, des usagers ou des théoriciens, sur le temps long de l’histoire de la photographie.

Dans l’idée d’établir une première liste de termes, d’autres propositions sont très vite écartées, car elles ne sont propres qu’à quelques chercheurs ; par exemple, “surface sensible”.

Est alors proposé de réaliser un “Système des systèmes”, qui tracerait une cartographie des systèmes et des typologies proposés par différents théoriciens pour penser la photographie (Henri Van Lier, Roland Barthes, Vilém Flusser, Rosalind Krauss, …). Il s’agirait d’une réalisation liée au lexique. Tous les participants s’accordent sur l’intérêt d’une telle cartographie, et sont très excités à l’idée de son élaboration. Cependant, elle paraît devoir requérir une infrastructure dont le groupe ne dispose pas encore (l’association avec un infographiste est par exemple évoquée). Aussi, la mise en œuvre de cette proposition est-elle repoussée à une date ultérieure.

D’autres propositions sont avancées.

On envisage ainsi d’intégrer au lexique des cas d’étude précis et symptomatiques de la manière dont se crée un vocabulaire dans un contexte donné. Par exemple, dès le milieu des années 1950, le besoin d’une éducation visuelle (la nécessité de savoir lire les images) se fait sentir, car on pense que l’image remplacera le texte dans un futur proche. Certains travaux visent alors à déterminer une sorte de langage de l’image photographique (la Grammaire de l’Image d’Albert Plécy, mais aussi d’autres initiatives : tentatives d’une “Encyclopédie de l’Image” par les Gens d’Images, congrès internationaux organisées par le Centre International de la Photographie dans l’optique de réfléchir au sens de l’image et à sa lecture…). Ces démarches constituent des exemples intéressants, propres à questionner la construction du langage photographique en le contextualisant.

Pendant la réunion, sont également mis sur la table un “Lexique des mots abandonnés” et un “Lexique des mots absents” (dont une des entrées pourrait être “matière photographique”). Poétiques et sans aucun doute riches de découvertes et de significations, ces propositions paraissent toutefois moins urgentes qu’un lexique des mots en usage actuellement.

Aussi, l’assemblée décide-t-elle de focaliser son action sur une première liste de termes couramment employés aujourd’hui, à laquelle chacun puisse contribuer, et qui permette de tester le principe de l’écriture collaborative.

Au terme de la discussion, les trois entrées choisies sont :

  • medium photographique” ;
  • tirage, épreuve, cliché” ;
  • “photographie (et son antonyme : skiagraphie, son emploi remontant au moins à W. H. F. Talbot).

A l’égard de cette dernière entrée, on rappelle que de nombreuses recherches ont déjà été menées (voir par ex. Brunet, 2000). Elle sera donc un exemple de notices pour lesquelles le travail des co-auteurs consistera d’abord à faire une synthèse des recherches contemporaines.

3. Structure et méthodologie des notices, diffusion du lexique

Chaque notice s’achèvera ainsi par une bibliographie et, le cas échéant, par un corpus de sources (manuscrites, imprimées, orales, …). A termes, ces outils pourront être hiérarchisés en catégories chrono-thématiques. Chaque notice tâchera de débuter par une analyse étymologique du terme traité, et sera structurée de façon chronologique. Pour chaque période, l’idée est de faire ressortir les emplois du terme en fonction des aires socio-culturelles et linguistiques dans lesquels il est employé, de façon à faire percevoir les transferts de sens d’une aire à l’autre. Pour ce faire, on pourra se pencher sur les outils de la philologie ou de la narratologie.

Outre les recherches dans les sources manuscrites et imprimées, ainsi que dans la bibliographie contemporaine, les notices pourront également se nourrir des interventions de chercheurs invités sur des points précis de l’emploi des termes traités. L’assemblée estime toutefois que le groupe doit d’abord amorcer la rédaction des trois entrées du lexique de façon à en ajuster le mode de rédaction et la conception en fonction de la pratique, avant d’inviter des chercheurs extérieurs.

Quant à la rédaction des notices, on renvoie à l’exemple du lexique Socius (COnTEXTES et Gremlin), qui “a pour ambition de rassembler et d’expliciter les outils conceptuels utiles aux approches sociales du littéraire”.

Dans un premier temps, on propose de centraliser les éléments des trois premières notices dans un document mis en commun sur googledrive, accessible à tous les participants du chantier. Après une première homogénéisation effectuée par l’ensemble du groupe, les trois premières notices seront postées sur le carnet de recherches de l’ARIP, sur la page dédiée au chantier. Toutefois les notices publiées ne seront pas définitives, mais évolutives (susceptibles d’être modifiées en fonction des recherches et des nouveaux apports).

Si la question de la diffusion des activités du chantier sur un carnet dédié est repoussée à une date ultérieure, elle devra néanmoins être réglée rapidement. En effet, l’autre réalisation proposée dans le cadre du chantier – le cycle d’entretiens – devrait rapidement générer une quantité importante de contenus, nécessitant à court ou moyen terme l’ouverture d’un carnet particulier.




Citer ce billet
ARIP (2015, 16 janvier). Import/Export. Compte-rendu de la réunion du 18 décembre. ARIP. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cx49

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search