Séminaire de l’ARIP – Photographies en expositions

Pour l’année civile 2019, l’ARIP propose un nouveau format de rencontres en ouvrant son premier séminaire thématique. Ce séminaire s’articulera autour du rapport de la photographie à l’exposition en invitant chaque mois des chercheurs.ses, commissaires d’exposition et responsables institutionnels à réfléchir autour d’une série de cas concrets. A partir de ces exemples qui questionneront différents aspects du problème, le séminaire nous permettra d’affiner notre compréhension de l’exposition de photographies, de sa présence et de son influence dans l’espace public.

Le séminaire se tiendra une fois par mois et verra l’intervention des personnalités suivantes :

  • Jeudi 14 février, 18 h 00, salle Jullian, INHA : Olivier Lugon, historien de la photographie.
  • Mardi 19 mars, 18 h 30, salle Vasari, INHA : Rémi Parcollet, historien de l’art
  • Mercredi 24 avril, 18h30, salle Jullian, INHA : Audrey Bazin, ex-directrice de la galerie Particulière et commissaire d’exposition
  • Jeudi 23 mai, 18 h30, salle Mariette, INHA : Eric Tabuchi, photographe.
  • Jeudi 13 juin, 18h30, salle Jullian, INHA : Patrick Marcolini, philosophe.

Si, dans les années 1980, le développement sans précédent des institutions d’exposition appelait des regards renouvelés et des méthodologies universitaires repensées avec la naissance des études muséales, le début du xxie siècle a vu émerger, dans les études photographiques, une nouvelle insistance sur les spécificités des supports et contextes de présentation de l’image. Alors que Martin Parr et Gerry Badger publiaient Le Livre de photographies : une histoire en 2005, suscitant un regain d’intérêt pour le dispositif du livre et la réception personnelle et subjective des images, la présence toujours plus forte de la photographie dans le champ de l’art contemporain interrogeait à nouveaux frais la réception des images « collective et simultanée », chère à Benjamin. Dans des formats toujours plus grands, sur des supports se diversifiant, au service de nouvelles esthétiques ou de nouveaux discours, la photographie s’expose ces dernières années avec une dynamique inédite.

L’apparente transparence de ce mode de diffusion demande cependant à être questionnée. L’exposition est le plus souvent définie par la présentation d’images au collectif, au sein de différents espaces et notamment, dès la modernité, dans un espace public dont les particularités doivent être étudiées. Cet espace relève-t-il encore de la logique de Kant ou d’Habermas, est-il alors un lieu médiatisant la société et ses contradictions, un lieu où les intérêts privés se rassemblent pour faire face à des questions d’intérêt commun ? Ou les expositions sont-elles devenues des lieux « limites » où cette dialectique vivante n’a plus cours ? Sont-elles devenues des espaces exclusifs, inégalitaires, des instruments de domination ? Autrement dit, peut-on encore penser les expositions comme des outils d’émancipation ?

Dans les musées, les galeries d’art, les festivals mais aussi dans l’espace urbain, la photographie trouve une réception particulière et suscite des stratégies de monstration qui restent à analyser en détail. L’étude des expositions suppose la prise en compte de leur contexte spatial et temporel, leur hic et nunc : les jeux institutionnels, les forces politiques, les discours diffusés, les réactions du public, la disposition des images sont autant de paramètres signifiants dans le processus de mise en visibilité. La démarche d’analyse des expositions de photographies, on le voit, met par conséquent l’accent sur la matérialité de sa réception, affirmant que celle-ci se fait toujours en situation, dans un temps et un lieu précis et chargés de signification.

Quelles sont alors les stratégies d’exposition mises en place aujourd’hui par les photographes, les conservateurs ou les commissaires ? Quels sont les enjeux de ces nouvelles dynamiques d’exposition ? En quoi sont-ils déterminés par les éléments qui composent le champ photographique : les appareils, les photographes, les objets photographiés, les spectateurs, diffuseurs, consommateurs de l’image photographique ? Et à l’inverse, en quoi déterminent-ils en retour le champ photographique ?

L’ARIP / arip.contact@gmail.com
Louis Boulet, Taous R. Dahmani, Morgane Hamon, Célia Honoré, Clément Paradis


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. RAGER dit :

    Merci de me tenir au courant de vos rencontres.
    Bien à vous,
    Michel RAGER – Fonds Photographique Jean Roubier
    Administrateur de l’Union des Photographes Professionnels – UPP
    Rapporteur de la commission expositions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.