Séminaire de l’ARIP – Photographie et Surveillance

Pour la seconde édition de son séminaire, l’Association de Recherche sur l’Image Photographique souhaite revenir sur l’un des usages les plus répandus de la photographie et pourtant de plus en plus insaisissable : son utilisation à des fins de surveillance.

Avec ou sans son consentement, la société civile est aujourd’hui constamment mise en images, enregistrée, documentée, archivée, exposée. Cette omniprésence photographique dans nos sociétés contemporaines — des photographies nécessaires sur les documents officiels régulés par l’État aux identités numériques volontairement créées, alimentées, cédées aux réseaux sociaux en passant par les caméras de surveillance présentes dans les lieux publics — est si banale que la pluralité de ses formes et celle de ses ancrages ne semblent pas faire l’objet d’une analyse. Pourtant c’est parce que ces usages de plus en plus systématiques dans tous les aspects de nos vies sont devenus si évidents qu’ils sont si facilement admis hors des lieux de notre consentement.

La photographie témoigne dès le XIXème siècle d’un fantasme du tout-visible, du tout-inventoriable, du tout-classifiable allant au-delà des limites physiologiques, jusqu’à vouloir étendre le domaine du visible. Cette croyance s’incarne alors dans les usages scientifiques et médicaux du médium mais également dans une utilisation policière et judiciaire portant sur certaines catégories de la société. Cette surveillance par la photographie procède d’une dynamique double fondée sur la visibilité de la population tout en gardant son fonctionnement opaque. Ainsi, de Bertillon à Frontex, il semblerait qu’une croyance dans les capacités probatoires et heuristiques de la photographie ait survécu en se modifiant, et que cette utopie photographique du XIXe siècle soit réapparue par le truchement de l’informatique, de la numérisation, des algorithmes et des nouvelles technologies.

A l’heure de la surveillance librement consentie sur laquelle repose le modèle économique des GAFA comme à celle de l’utilisation de la photographie aux contrôles aux frontières, il est donc important de  renouveler une réflexion critique sur les valeurs et les mythes associés au médium photographique ainsi que sur la persistance de certaines constructions épistémologiques et rhétoriques. C’est par le croisement de perspectives historiques et contemporaines, et en invitant des chercheur.ses de divers champs disciplinaires qui tous.tes interrogent l’image photographique que nous chercherons à saisir les enjeux historiques, épistémiques, politiques et sociaux des liens qui unissent la photographie et la surveillance.

Quels discours sont mis en place pour justifier ces usages de la photographie et quelles rhétoriques visuelles accompagnent ces pratiques ? Quelle forme la surveillance photographique prend-elle dans les contextes de régulation intérieure et extérieure opérées par l’Etat : mouvements sociaux, migrations, conflits armés ? De quelles dérives autoritaires la photographie peut-elle devenir l’outil et comment accompagne-t-elle l’évolution de nos sociétés ? Que fait cette utilisation du médium à l’Etat de droit ? Quelles stratégies échappatoires est-il possible de mettre en place ?

L’ARIP a le plaisir de vous convier à ce séminaire qui se tiendra un jeudi par mois.

Ce séminaire sera inauguré par Ilsen About le 22 octobre prochain, de 18h30 à 20h en salle Vasari à la Galerie Colbert (2 rue Vivienne) pour une intervention intitulée : 
Contrôle visuel des personnes et surveillance optique des populations. Retours sur l’histoire de la photographie comme technologie politique, 19e-20e siècles.

Séances à suivre avec : Julien Chandelier (Université de Paris), Félix Tréguer (Chercheur associé au CNRS, fondateur de la Quadrature du net), Claus Gunti (Université de Lausanne), Anne Zeitz (Université de Rennes 2), Stefan Laxness (Forensic Architecture, London) et Martina Tazzioli (Goldsmith university of London).

Attention, l’accueil à la Galerie Colbert ne pourra se faire qu’avec le port du masque. La capacité de la salle sera diminuée de moitié. Entrée libre dans la limite des places disponibles. Chaque intervention sera à confirmer au regard de la situation sanitaire.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Xavier SOULE dit :

    Le séminaire sera-t-il dispàonible en redifusion (Podcast, vidéo, etc)?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search