Séminaire de l’ARIP – Esthétique et photographie face aux fascismes

Pour l’année civile 2023-2024, le séminaire thématique de l’ARIP est de retour. Ce séminaire s’articule autour du rapport de l’esthétique et de la photographie aux fascismes en invitant chaque mois des chercheuses et chercheurs à réfléchir autour d’œuvres, personnalités et images d’histoire. À partir de ces exemples qui interrogeront différents aspects du problème, le séminaire nous permettra d’affiner notre compréhension du regard qu’a porté l’esthétique sur la montée et la pérennisation des fascismes, de sa présence et de son influence dans l’espace public, et des modalités des luttes qui peuvent s’engager.

Dans son essai de 1936 L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, aujourd’hui abondamment diffusé, Walter Benjamin écrivait que « la conséquence logique du fascisme est une esthétisation de la vie politique ». Quatre ans plus tard, traqué par le pouvoir qu’il dénonçait, il se suicidait à Portbou dans les Pyrénées espagnoles. Si les œuvres esthétiques de Benjamin sont régulièrement commentées, elles sont plus rarement lues aux côtés d’autres textes engagés de l’auteur, ou remis dans le contexte de la vie d’intellectuel antifasciste qu’il menait, et des œuvres et théories qui la nourrissaient. Face à la montée du nazisme en Allemagne, du fascisme en Italie et de la réaction dans toute l’Europe, un certain nombre d’intellectuels et d’artistes font en effet le choix de ne pas abandonner la réflexion sur l’esthétique et entendent articuler la nécessité d’une théorie de l’art et d’une lutte politique. De là naîtront certains des plus grands efforts de pensée systématique de l’art du siècle dernier, comme la Théorie esthétique d’Adorno (1969) ou la grande Esthétique de Georg Lukács (1961).

Pendant une grande partie du XXe siècle, artistes et penseurs ressentent la nécessité de se positionner par rapport aux pouvoirs en place, et particulièrement aux courants autoritaires qui façonnent tragiquement leurs existences. Donner une définition de ce qu’ils résument sous le nom de « fascisme » reste souvent malaisé, même si des auteurs comme Zeev Sternhell ou plus récemment Ugo Palheta permettent d’en approcher les grands traits, comme idéologie, comme mouvement et comme régime, portant des projets politiques de « régénération » d’une communauté imaginaire, de révolte réactionnaire, de perpétuation d’un ordre social inégalitaire.

Un certain nombre de philosophes de l’art prennent donc à bras le corps cette dimension de la vie sociale, non seulement dans la culture germanique que partagent Walter Benjamin, Siegfried Kracauer, Theodor Adorno ou le hongrois Georg Lukács qui inspire une partie de leur démarche, mais aussi en France où des personnalités comme Guy Debord, Jean-Paul Sartre ou Henri Lefebvre œuvrent à la critique de la reviviscence de l’idéologie fasciste sans abandonner la réflexion sur l’esthétique et les images. Les projets fascistes ont cependant aussi leurs supporters, comme Heidegger, Marinetti ou Leni Riefenstahl. 

Notre séminaire voudrait interroger quelques-uns de ces moments en pensant leurs déterminations historiques ainsi que la généalogie que l’on peut tisser autour d’elles : dans quelles corpus théoriques et pratiques puisent-elles ? Quels héritages ont-elles connues à la fin du XXe siècle et au début du siècle suivant ? à travers ces parcours, nous voulons ouvrir la voie à la compréhension du rôle qu’a joué la critique du fascisme dans l’approche esthétique contemporaine, ainsi qu’à la solidification d’un savoir sur la place que peuvent tenir les œuvres et leurs commentateurs dans la lutte contre la réaction, l’autoritarisme et les renouveaux impérialistes. 

 

 

L’ARIP / arip.contact@gmail.com

Louise Francezon, Anna Grumbach, Julie Meyer, Clément Paradis, Lucie Penain,

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search