Séminaire de l’ARIP – Eva Verkest – 27.10.22

L’ARIP a le plaisir de vous convier à la première séance du séminaire “Esthétique et photographie face aux fascismes” le jeudi 27 octobre à 18 h à l’INHA en salle Jullian.

Image : Photomontage de Manuel Monléon “La danse macabre” pour le numéro 4 de Umbral (31 juillet 1937), page 16. 

 

Lors de cette séance, nous recevrons Eva Verkest pour une intervention intitulée : “Confrontation et mobilisation des images photographiques dans l’Espagne des années 1930”.

Dès la proclamation de la Seconde République d’Espagne en 1931 et son ouverture sur l’Europe moderne, la présence des photographies journalistiques et artistiques s’est fortement accrue, induisant a fortiori le développement quantitatif et qualitatif des propagandes. Ce que l’on appelle « l’entre-deux-guerres » est considéré aujourd’hui par la recherche comme une vaste période de guerre civile à l’échelle de l’Europe, marquée par la montée des nationalismes, et durant laquelle se sont vivement confrontés les antagonismes politiques. D’un côté, les nationalistes espagnols étaient très cadrés et structurés matériellement et idéologiquement. Il y avait une ligne de conduite, à la fois visuelle et morale. De l’autre côté, les républicains formaient un camp esthétiquement illisible et formellement incohérent, mais auquel les AEAR européennes de l’entre-deux-guerres et que des artistes catalans d’envergure internationale comme Josep Renau, ont su insuffler plus tardivement un dynamisme avec des inspirations venues d’Allemagne, puisées chez John Heartfield. Colère sociale de « classe » et peur d’un capitalisme débridé caractérisent fortement la propagande communiste et anarchiste espagnole, tandis que la représentation de la « masse » et le schème visuel de la répétition sont récurrents dans les images nationalistes. Siegfried Kracauer a mis en exergue l’aliénation des individus à la masse et la destruction de toute personnalité au profit du collectif dans cette esthétique de la séquentialité/répétitivité. En somme, à travers l’exemple de l’Espagne des années trente, il s’agit de s’interroger sur la fabrication d’un imaginaire politique dans un contexte international conflictuel et offensif. Quels ont été les outils esthétiques mobilisés par les antifascistes et les fascistes ? Peut-on identifier des méthodes artistiques propres à un camp politique dans la pratique, la forme et la diffusion des images ?

*** 

Eva Verkest est docteure en histoire de lart contemporain. Elle a soutenu sa thèse en
novembre 2021 « La photographie artistique, associative et journalistique en France et en
Espagne dans les années 1930. Vers la fabrication dune culture ouvrière transnationale ? »
sous la direction de Fabrice Flahutez. Eva Verkest a participé en tant que chercheuse, à
la conception de lexposition Photographie, arme de classe qui a eu lieu au MNAM Centre
Pompidou en 2018.

 

Rendez-vous jeudi 27 octobre à l’INHA en salle Jullian à 18 h.



Citer ce billet
ARIP (2022, 19 octobre). Séminaire de l’ARIP – Eva Verkest – 27.10.22. ARIP. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cxa6

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search