Séminaire de l’ARIP – Maxime Boidy

L’ARIP a le plaisir de vous convier, le mercredi 19 juin à 18 h 30 en salle Jullian, à la quatrième séance du séminaire de l’ARIP, Esthétique et photographie face aux fascismes.

Pour cette séance, le séminaire recevra Maxime Boidy pour une intervention intitulée “Fascisme d’avant-garde, fascisme d’avant-guerre. Retours sur une hypothèse”.

L’ouvrage de Mark Antliff Le fascisme d’avant-garde (trad. fr. Presses du réel, 2019) est un solide tour d’horizon des liens qui unissent les mouvements fascistes européens aux avant-gardes historiques, y compris sur le plan photographique. Il repose néanmoins sur une hypothèse polémique formulée au tournant des années 1970 : le fascisme serait né non pas en Italie, mais en France avant la Première Guerre mondiale, dans les cercles du syndicalisme révolutionnaire. Il s’agit dans cette communication de réinterroger cette hypothèse et, outre cartographier les principaux conflits d’interprétation qu’elle a suscité chez les historiens et les politistes, de pointer certains ressorts visuels du fascisme qui restent à interroger.

***

Maxime Boidy est maître de conférences en études visuelles à l’université Gustave Eiffel, membre du laboratoire LISAA (EA 4120). Ses recherches portent principalement sur l’histoire intellectuelle des savoirs visuels et l’iconographie politique. Il a récemment publié La Société n’existe pas. Images de la guerre civile sous Margaret Thatcher (Même pas l’hiver, 2022).



Citer ce billet
ARIP (2024, 1 juin). Séminaire de l’ARIP – Maxime Boidy. ARIP. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzjr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search