Import/Export. Compte-rendu de la réunion du 2 février

La deuxième réunion du chantier Import/Export a lieu le lundi 2 Février 2015 en salle du CIRHAC (1er étage de l’INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris). Onze participants au chantier sont présents. Laureline Meizel,  initiatrice du projet, prend la parole en présentant tout d’abord les objectifs de cette réunion : faire un bilan des outils et des premières réalisations du chantier (premier entretien du cycle, divers documents, dossiers de financements, etc…) et réfléchir aux actions à mener pour affirmer la conception du chantier, ainsi que sa diffusion.

I. Bilan du premier entretien avec Michel Frizot

En premier lieu, Laureline Meizel remercie tous les membres du chantier pour leur participation active au premier entretien du cycle avec Michel Frizot, qui s’est tenu le 27 Janvier 2015. Le comité fait un bilan de l’entretien. Celui-ci est très positif (entre 60 et 70 participants, incluant beaucoup de jeunes chercheurs mais aussi des personnalités du monde de la photographie, une ambiance très chaleureuse et la possibilité de dialoguer librement avec Michel Frizot). Les remarques négatives ne portent que sur les écarts parfois constatés entre les questions et les réponses. L’assemblée réfléchit donc aux possibilités d’adopter des propositions constructives pour les prochains entretiens à venir.

Est tout d’abord abordée, car rapidement traitable, la question pratique de l’efficacité des dispositifs d’enregistrement. Grâce aux zooms et à la double prise de son (table ; public), les enregistrements du premier entretien sont de très bonne qualité et parfaitement exploitables. L’assemblée décide donc de conserver ce dispositif pour les autres entretiens.

 À ce propos, il est décidé que ces enregistrements ne seront diffusés qu’aux membres participant activement au chantier, et seulement s’ils en font la demande expresse, mais que ce sera là la limite de leur diffusion, dans la mesure où ils sont destinés à être le support d’une édition numérique puis papier. Cette décision est adoptée à l’unanimité.

D’autres réflexions critiques sont à l’origine d’un débat autour de cette première expérience : la structure de l’entretien, qui avait été conçue en amont, n’a pas pu être réellement suivie à cause de la grande expérience de l’interlocuteur, ce qui sera le cas des autres invités. Si, dans le cycle d’entretiens, la question du langage n’est pas primordiale, mais sous-jacente, on doit néanmoins pouvoir la soulever lorsqu’elle est nécessaire et utile. Pour ces raisons, le comité du chantier propose certaines solutions pour les prochains entretiens :

– éviter les questions trop longues afin que l’interlocuteur puisse répondre plus précisément aux questions. Il serait souhaitable d’interroger l’invité sur des points précis, en resserrant le propos, sans pour autant se limiter à des questions trop fermées. Il est remarqué que quoiqu’il en soit, les invités ont tous une carrière très riche et beaucoup de choses à transmettre.

– On propose alors que la présentation biographique de l’invité soit faite par ceux qui l’accueillent (et qu’elle soit donc préparée en amont avec l’invité), ceci afin d’éviter de les faire revenir sans cesse sur leur carrière personnelle. Il faudra néanmoins chercher à donner au public toutes les informations souhaitables, et respecter en outre les souhaits de l’invité, qui pourrait avoir des restrictions ou des envies plus marquées sur certains points. Cette introduction biographique doit donc devenir rituelle pour les entretiens, et on peut lui consacrer une dizaine de minutes, dans la mesure où cela permet de réduire considérablement le temps perdu par la suite. La proposition est  adoptée à l’unanimité.

II. Organisation des prochains entretiens

En ce qui concerne la gestion des prochains entretiens, le comité fait une révision du tableau d’organisation.

  • Il faudrait garantir une meilleure gestion de l’organisation logistique qui a tendance à  prendre beaucoup de temps. À ce titre, on rappelle qu’un mois de marge entre la prise de contact et la réalisation de l’entretien est très peu.
  • Il faudrait donc que d’autres membres du chantier s’occupent des entretiens (voir tableau mis à jour sur Googledrive). Après discussion sur les possibilités des membres présents, plusieurs se proposent et d’autres invités potentiels sont évoqués.

La relecture du tableau d’organisation permet de constater qu’il y a désormais dix-huit propositions d’invitation. Si douze entretiens sont prévus, on propose de tirer parti de cette marge car il faut compter sur des refus possibles. Cette décision est adoptée.

Il est rappelé une nouvelle fois que les entretiens doivent être prévus largement à l’avance, même s’il s’agit de proposer une invitation pour six mois plus tard. L’idée d’un mail-type pour faciliter les contacts (notamment pour ceux qui ont en charge l’organisation de plusieurs entretiens) est avancée. Certains membres rappellent que dans la plupart des cas, ils ont des contacts leur permettant de s’entretenir de manière plus directe avec les invités suggérés, et que ce n’est pas forcément utile. L’idée est donc rejetée.

III. Formalisation de la réalisation du projet

Certaines propositions concernant les aspects formels de la réalisation du projet ont été discutées lors de cette réunion.

D’abord, le comité discute sur le choix des titres des réalisations du projet. On relève qu’aucune nouvelle proposition n’a été faite depuis les échanges par mails intervenus à la suite de la première réunion de décembre. Parmi différents propositions pour le cycle d’entretiens, le titre 1960-1990. Les Voix de la photographie convient à tous les membres présents, séduits par sa simplicité et son efficacité. Il a de plus le mérite de résumer les intentions des membres actifs du chantier. La proposition est votée et adoptée à l’unanimité.

La discussion porte ensuite sur le titre du lexique. Parmi les titres proposés, l’un des participants exprime son attachement au sous-titre « petit lexique à l’usage du chercheur en photographie », parce qu’il a l’avantage d’être humble. Sont alors rappelés les premiers échanges par mail où certains membres du chantier avaient relevé que ce sous-titre pouvait avoir un caractère réducteur, dans la mesure où il s’agira moins d’un lexique visant à éclaircir des termes mal utilisés (et, partant, destiné à des jeunes étudiants travaillant sur la photographie), qu’un travail de réflexivité critique, épistémologique et historique. Les membres présents tombent d’accord sur cette dernière réflexion. On propose alors d’en rester à la proposition Photo/Graphein pour le titre, qui a l’avantage d’être court, et d’y ajouter le sous-titre Essai de vocabulaire historique du langage photographique, d’après une proposition antérieure. Les membres s’interrogent alors sur le bon terme à utiliser pour qualifier leur projet. Pendant la discussion, sont énoncées les définitions des termes « lexique » d’une part et « vocabulaire » d’autre part, en se basant sur le Trésor de la Langue Française informatisé. Il apparaît immédiatement que le terme « vocabulaire » convient beaucoup mieux au projet. L’assemblée décide donc de rester sur ce sous-titre, mais n’est pas totalement convaincue, notamment à cause du manque de propositions. L’un des participants soulève alors le fait que les premières entrées du chantier et sa diffusion publique ne vont pas arriver dans l’immédiat, et qu’il est possible de remettre cette décision à plus tard. La proposition est adoptée, à laquelle s’ajoute la demande à tous les participants du chantier de réfléchir à un titre et de le proposer, et la décision de conserver pour le moment le titre Photo/Graphein.

IV. Diffusion des réalisations du chantier

Sur la question de la diffusion, une question est fondamentale et n’a pas encore été prise en compte : la communication autour du cycle. Cette question concerne tout d’abord celle du visuel pour la communication. Des nouvelles idées et suggestions seront bien accueillies. Le comité est sollicité pour s’en occuper mais on décide de reporter la question.

Le premier entretien du cycle avec M. Frizot est documenté aussi par une bonne sélection des photographies. Le comité se pose la question de l’usage de ces matériaux afin de garantir une meilleure communication visuelle, et il est proposé que, pour le prochain entretien, une sélection de photographies prises pendant l’entretien soit publiée le lendemain sur facebook avec un mot de remerciement aux participants.

Il est en outre demandé à Laureline Meizel, qui a organisé le premier entretien, d’établir un plan de diffusion, afin que la communication se fasse toujours de la même manière. Il sera ajouté au calendrier d’organisation des entretiens dans le Googledrive du chantier.

D’autres questions techniques ont été mises en relief dans le cadre de la réalisation du prochain entretien et de celles du chantier :

  • pré-réservation de la salle Vasari pour les futurs entretiens, car elle est la seule à pouvoir être sonorisée à Paris 1 ;
  • création d’un carnet propre au chantier. Ce point est réglé par la négative pour le moment, les réalisations du chantier Import/Export continuant à être publiées sur le carnet de recherche de l’ARIP jusqu’à nouvel ordre.

Par ailleurs, il est annoncé aux membres présents qu’un appel à communication courant jusqu’au 15 mars pourrait vivement intéresser le chantier. Cette journée d’études, qui se tiendra à Bordeaux le 15 novembre 2015, est dédiée à la rhétorique de l’histoire de l’art. En cela, elle recoupe largement les questionnements du groupe de recherche. Il est alors proposé au comité d’y participer, afin de promouvoir le projet. Dans l’idéal, la proposition devrait être élaborée par plusieurs personnes et, si la proposition était acceptée par le comité d’organisation de la journée d’études, que deux membres actifs du chantier fassent la présentation pour signifier l’aspect collectif du travail (mais pas plus, la durée de la communication étant de 25 minutes).

A propos de la proposition de communication, certains participants à la réunion rappellent qu’il faut en évaluer les axes, pour qu’elle ne se restreigne pas à une simple présentation. Une discussion s’ouvre sur la manière dont peut être présenté un projet dans le format d’une communication pour une journée d’études. L’un des participants propose alors de considérer une solution qui pourrait convenir : centrer la présentation sur un propos historiographique tout en présentant le projet.

Il est décidé que cette solution présente l’avantage de pouvoir convenir à une journée d’études et que, d’ici là, on aura largement avancé sur ces questions, car elles sont à la base de la préparation du vocabulaire historique.

L’assemblée propose que les membres décidés à participer à la JE ou à la conception de la communication se réunissent le 1er mars, pour établir une proposition définitive (possibilité d’élaborer une proposition avant cette date pour chacun des participants, de façon à compiler les meilleurs éléments de chaque proposition). Les membres intéressés par cette question, présents lors de la réunion ou non, et disponibles pour un voyage à Bordeaux autour du 15 novembre ou non, sont alors invités à travailler sur leur proposition et à la remettre au bureau organisateur avant le 1er mars.

V. Financement du chantier

Ce dernier point est d’actualité, puisque le chantier vient de déposer un dossier de co-financement auprès du Collège des écoles doctorales de Paris 1, répondant à son appel à projets scientifiques. Le dossier a été finalisé par Marie Auger, Guillaume Blanc, Laureline Meizel et Isabella Seniuta, avec l’aide d’Eric Zyla (responsable de l’appel), Antoine Scotto et Michel Poivert (qui soutient le projet auprès du Collège).

Ce dossier pourra être la base de la prochaine demande de financement, auprès de l’ED 441 de Paris 1. Pour cette raison, il est mis en commun sur le Googledrive du chantier, dans un nouveau dossier intitulé « Financements ».

Après discussion, il est décidé que les quatre membres ayant finalisé le premier dossier s’occuperont de celui destiné à l’ED 441, à rendre pour le 15 février 2015.

CONCLUSION

Après ce premier bilan, la réunion s’achève sur la question des motivations personnelles  à l’égard du chantier, et des possibilités de participation active. Pariant sur la validité du travail en équipe, Laureline Meizel quitte l’organisation du chantier pour finir sa thèse (cessation d’activités pendant 6 mois). Le bureau est donc désormais constitué de Marie Auger, Guillaume Blanc et Isabella Seniuta, très actifs depuis l’ouverture du chantier.



Citer ce billet
ARIP (2015, 6 février). Import/Export. Compte-rendu de la réunion du 2 février. ARIP. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cx4e

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search