Les symboles de la photographie : une question encore peu explorée ? par Laureline Meizel

Figure 1

Figure 1

En travaillant sur l’histoire de la Société anonyme des arts graphiques de Genève (SADAG), je tombe aux détours de mes recherches sur une magnifique affiche publicitaire datée des environs de 1900, pour un procédé de trichromogravure mis au point et employé par cette société (voir fig. 1).

Figure 2

Figure 2

Le motif du tournesol me rappelle une autre publicité de la même période, parue dans le Bulletin de la Société française de Photographie, pour la compagnie Bergeret à Nancy (voir fig. 2). Si l’héliotropisme de la plante rattache ce motif à l’agent lumineux et naturel de la photographie, on est assez loin cependant du symbole classique et éthéré (voire transcendant) des rayons solaires, en usage auparavant. En 1878, on retrouve par exemple ce dernier dans le dessin de la marque d’imprimeur employée par Léon Vidal dans sa correspondance (voir fig. 3 et 4) ou dans les ouvrages auxquels il participe (voir fig. 5), lorsqu’il dirige les ateliers de reproductions artistiques du Moniteur universel à Paris. On notera que, dans ce cas, le symbole des rayons est souvent associé au motif de l’arc-en-ciel, Vidal étant l’inventeur d’un procédé d’impressions photographiques colorées, baptisé photochromie, qu’il met en œuvre dans ces ateliers.

Figure 3

Figure 3

Figure 4

Figure 4

Dans tous ces exemples, les symboles sont utilisés par des sociétés spécialisées dans les procédés de reproduction photomécanique, dont le propos est de créer une matrice imprimante à partir d’une image photographique, grâce à des processus usant de la photosensibilité de diverses substances. Parce qu’on en tire une huile multi-usage, j’ai un moment envisagé que le tournesol puisse faire référence à l’encre grasse employée pour imprimer des matrices phototypiques. En effet, la photochromie de Vidal requiert le plus souvent l’emploi d’une encre différente, composée de gélatine pigmentée. Cependant, la photochromie est parfois associée à la phototypie (et donc à l’encre grasse), qu’emploient la SADAG et Bergeret. Vraisemblablement, ce n’est donc pas pour des raisons de modification technique que les symboles ont évolué. Alors pourquoi ? Pour des raisons culturelles – l’impressionnisme, Van Gogh, l’Art nouveau, etc. ? Le graphisme des deux publicités 1900 relève d’ailleurs clairement de ce dernier mouvement. Et/ou pour des questions d’ordre plus théorique concernant la conception du moyen photographique (dans la mouvance du pictorialisme) ? Y a-t-il eu des travaux menés sur les symboles de la photographie et de ses dérivés, sur leurs usages, leurs contextes, leurs significations et leur évolution ?

Ce serait là, sans doute, un biais intéressant dans le cadre d’une étude de l’histoire sociale, culturelle et économique de la photographie. Je laisse donc ces questions ouvertes à la discussion, et remercie d’avance tous ceux qui pourront leur apporter un élément de réponse.

 

Figure 5

Figure 5

Légendes des figures

Fig. 1. David Dellepiane, [Affiche pour le procédé SADAG de trichromogravure], impression en trichromogravure, 74 x 53 cm, Genève, SADAG, vers 1900 © Genève, Cabinet d’arts graphiques des Musées d’art et d’histoire, N° d’inventaire : E Aff 0565.

Fig. 2. [Publicité pour la Société A. Bergeret & Cie à Nancy, spécialisée dans la phototypie (photocollographie depuis le Congrès international de photographie de 1889 à Paris)], Bulletin de la Société française de Photographie, 1er septembre 1902, p. XVI.

Fig. 3. [Tampon humide, détail d’un en-tête de lettre], l.a.s de Léon Vidal à Anatole de Montaiglon, le 5.3.1878, Paris, BnF (Arsenal), Ms. 7893, n°413.

Fig. 4. [Détail d’un en-tête imprimé], l.a.s. de Léon Vidal à Anatole de Montaiglon, le 26.4.1878, Paris, BnF (Arsenal), Ms. 7893, n°415.

Fig. 5. Le Trésor artistique de la France : Musée national du Louvre – Galerie d’Apollon, Paris, Impr. et libr. du Moniteur universel, 1878-1879, vol. 1, page de titre, 55 x 37,5 cm.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Eric Bossard dit :

    Bonjour, je cherche des infos sur l’histoire de la Société anonyme des arts graphiques (SADAG, Genève, Bellegarde, Paris?). Mme Laureline Meizel a fait des recherches à ce sujet. Où est-il possible de trouver des renseignements sur cette imprimerie. Je peine à trouver un historique de cette entreprise. Merci d’avance, meilleures salutations. Eric Bossard

  1. 7 mars 2015

    […] En travaillant sur l’histoire de la Société anonyme des arts graphiques de Genève (SADAG), je tombe aux détours de mes recherches sur une magnifique affiche publicitaire datée des environs de 1900, pour un procédé de trichromogravure mis au point et employé par cette société.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.