Relire une collection nationale sous le prisme de l’érotisme, par Véra Léon

En ce moment, et jusqu’au 15 mars 2015, se tient au Museo Nacional de Bellas Artes de Buenos Aires (Argentine) une exposition intitulée “La seducción fatal. Imaginarios eróticos del siglo XIX”, proposée par la commissaire d’exposition Laura Malosetti Costa. Elle présente un riche éclairage sur les représentations érotiques du long XIXe siècle, faisant dialoguer leurs caractéristiques esthétiques avec leurs contextes de production socio-culturels. En effet, comment parler aujourd’hui de l’érotisme des œuvres de cette époque sans s’intéresser aux rapports mêlés de pouvoir et de désir ? C’est ce qu’explore cette exposition avec une certaine finesse, en présentant sous l’angle du genre, de la classe et de la race des œuvres issues des riches collections du MNBA, et complétées par d’autres issues de la bibliothèque nationale argentine.

« Catégorie utile d’analyse historique » (Scott, 1988), le genre est mis en avant par la commissaire afin de mieux comprendre la culture érotique de l’époque, à la croisée des questions sexuelles et sexuées. En ce sens, l’exposition est structurée en quatre sections éclairantes : Erotisme, violence et rapt – Prisonnières et captives – Nu, voyeurisme et transgression – La femme fatale comme muse moderne, avec de surcroît une section consacrée aux photographies et aux films pornographiques du tournant du siècle. Chacune d’elles déconstruit en les recontextualisant et en les historicisant les stéréotypes de genre qui imprègnent les esthétiques à l’œuvre, qu’il s’agisse de La nymphe surprise chez Manet ou des premiers films érotiques amateurs.2015-01-08 12.59.01 - copie

© Véra Léon

Un exemple de cet effort d’analyse historique et déconstructiviste consiste à rappeler le lien chronologique entre la diffusion à grande échelle du thème esthétique de la femme fatale et l’essor des revendications féministes. La remise en question des prérogatives masculines inquiète entre autres les artistes hommes, ainsi que les producteurs de culture visuelle de la société toute entière, européenne comme argentine. En martelant ce thème esthétique, notamment par la reprise récurrente d’héroïnes telles que Judith, ils participent activement à véhiculer l’idée que la femme fatale est un phénomène grandissant qui représente un danger pour l’ordre social.

Cependant, ces artistes expriment simultanément une fascination pour leur pouvoir érotique, qui se traduit par la représentation de nus et autres scènes de voyeurisme. Conformément à son sens étymologique, la séduction qu’exercent les femmes, notamment par la maîtrise de leur corps, est perçue comme nécessairement malsaine. Or cette puissance, synonyme de perversion, renforce l’idée de péril, à la fois social et sexuel. Celle-ci ne pouvant rester impunie dans la morale bourgeoise de l’époque, la violence à l’encontre des femmes est considérée comme un châtiment mérité. On comprend que les scènes de rapt, symboliques des violences sexuelles punitives, se multiplient : les producteurs d’images de l’époque rendent visuellement indissociables l’affirmation d’un pouvoir féminin voire féministe et sa répression violente, comme pour mieux conjurer les « troubles dans le genre » (Butler, 1990).

Ainsi le genre s’articule avec d’autres rapports sociaux, également vecteurs de domination, et les représentations esthétiques ne font pas exception à ce fonctionnement social. C’est notamment le cas pour la catégorie de la race. L’exposition a le mérite de montrer comment l’orientalisme, qui a nourri l’imaginaire érotique et esthétique de la tradition picturale européenne, a été hybridé par les peintres argentins en fonction du contexte local. Ceux-ci érotisent d’autant mieux les corps féminins qu’ils les soumettent dans des mises en scène coloniales, même si c’est souvent en inversant les rapports de domination, les femmes blanches se faisant par exemple enlever par des Indiens. De même, la partie de l’exposition consacrée aux photographies souligne les liens entre la mise en scène ethnologique des corps féminins racialisés, et leur érotisation.2015-01-08 13.09.13 - copie

 

© Véra Léon

Enfin, la culture visuelle érotique de l’époque est également relue à travers le prisme de la classe sociale. En effet, l’exposition démontre avec brio comment des thématiques telles que la femme fatale circulent à travers différentes strates de la société, et donc différents supports esthétiques qui lui sont associés. La commissaire prend en cela position en faveur d’une analyse transversale (et non focalisée sur un seul médium) qui s’appuie sur les acquis théoriques et méthodologiques des visual studies. De la peinture moderne encensée par une élite culturelle aux médiums de la culture de masse tels que les partitions de tango ou le cinéma, la circulation des thèmes esthétiques est frappante. Du côté des avant-gardes, le personnage d’Eduardo Schiaffino, collectionneur, artiste, et créateur même du musée dans lequel l’exposition se tient, est une figure clé pour comprendre l’essor de la peinture du nu féminin. Par ses propres peintures, et par ses achats de ce type de tableaux modernes en Europe et en Argentine, il promeut la nudité féminine comme fer de lance idéologique et esthétique d’une modernité, synonyme de féminité mais aussi de danger. Cette dimension périlleuse, « fatale », n’en résonne pas moins avec les affiches de cabaret qui déplorent par exemple la perdition des jeunes femmes, dans une double mise en image et en musique.

On peut seulement regretter que cette proposition curatoriale relativement novatrice soit entourée d’un certain flou chronologique. Si le tropisme marqué de la commissaire, spécialiste des premiers modernes, est manifeste, donnant de belles analyses sur la peinture de la Belle Epoque, et si sa remise en perspective dans une tradition picturale séculaire à travers quelques œuvres bien plus anciennes est heureuse, la question de savoir pourquoi un tel effort est fait sur certaines sections et pas sur d’autres se pose.

Loin de se limiter à plaquer des grilles d’analyse formatées, l’exposition mène en tout cas finement le spectateur à prendre conscience de ces différents enjeux, indissociablement esthétiques et sociaux. En cela, les cartels de salle et d’œuvres conjuguent avantageusement analyses formelles et contextualisation. L’alliance est réussie entre les deux branches de l’histoire de l’art habituellement irréconciliables, l’une tendant à l’esthétique, et l’autre à une histoire sociale et culturelle des formes. Pour l’instant en attente, la sortie d’un catalogue permettrait de confirmer pour la postérité ces prises de position théoriques, esthétiques, et politiques. Finalement, stimulus conjoint de l’intellect et des sens, cette proposition constitue une riche contribution réflexive dans un paysage curatorial encore frileux vis-à-vis de ce type d’analyse portant en creux un regard critique sur l’institution muséale même. Et ce n’est probablement pas un hasard si une telle démarche naît dans un musée d’Amérique latine, où les luttes sociales et féministes prennent depuis quelques décennies un essor sans précédent.

Lien vers le site du MNBA et de l’exposition


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Max Bonhomme dit :

    Bravo Véra pour ce compte-rendu ! Tu ne cites pas d’autres expositions qui auraient eu recours à une approche similaire pour la photographie, entre gender studies et visuel studies… Peut-être sont-elles trop nombreuses pour toutes les citer, ou bien peut-être ne le sont-elles pas tant que ça, finalement ?

    • Véra Léon dit :

      Merci Max !
      Je suis assez novice concernant le contexte latino-américain donc d’autres personnes pourrons probablement mieux répondre que moi pour cette aire géographique.
      Pour ce qui est de l’Europe et de la France, ce type d’approche connaît actuellement un plein développement -je pense à l’exposition “Chercher le garçon” au Mac/Val qui vient d’ouvrir- mais pas toujours en liant gender studies et visual studies, plus souvent en privilégiant l’une ou l’autre des approches.
      L’exposition “Au bazar du genre” au MuCEM était particulièrement réussie car les commissaires se sont inscrits dans une approche assumée “civilisationniste” (évidemment liée au musée dans lequel elle se déroulait), avec une grande diversification des supports visuels, tout en réussissant à les faire résonner avec de réels partis pris artistiques.
      La synthèse de ces renouvellements interprétatifs reste en tout cas un défi à relever 😉

  2. Sara Lo Porto dit :

    Excellent article!

  1. 1 mars 2015

    […] Pour lire la suite de cet article, rendez-vous sur le carnet de l’ARIP. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.