Décoloniser les archives photographiques : le geste d’une artiste à Bétonsalon, par Anaïs Mauuarin

Le jour d’après, une exposition de Maryam Jafri (18 mars-11 juillet 2015)

Plusieurs expositions ont proposé récemment de focaliser notre attention sur les photographies coloniales. Jean-Philippe Dedieu à Paris au printemps dernier1 et Safia Belmenouar aux Rencontres d’Arles2 ont ainsi présenté leurs collections respectives, en pointant du doigt les idéologies et les dominations raciales et genrées selon lesquelles ces représentations ont été pensées et élaborées. Bétonsalon-Centre d’art et de recherche explore à son tour la question coloniale jusqu’au 11 juillet, mais propose un pas de côté en accueillant l’exposition de Maryam Jafri, Le jour d’après. Tout en interrogeant les représentations qui sont en jeu dans les photographies, cette exposition déplace radicalement le point de vue, et questionne frontalement la condition (post)coloniale des archives photographiques.

Les premiers pas dans l’espace d’exposition laissent quelque peu perplexe, face aux objets disparates répartis dans la pièce. Les commentaires délivrés par l’artiste et l’équipe de Bétonsalon facilitent amplement la compréhension ce savant puzzle. Il est constitué d’éléments variés qui dialoguent tous, sous des rapports différents, avec l’œuvre maîtresse qui occupe le mur principal de la pièce : celle de Maryam Jafri, Independence Day 1934-1975. Commencée en 2009, celle-ci ne cesse depuis de se développer et de s’accroître, et seul un fragment en est visible ici. S’y déploient des reproductions de photographies prises lors des déclarations d’indépendances des différents pays soumis à la domination coloniale par les métropoles européennes durant le XXe siècle. On trouve des images tant du Sri Lanka, de Syrie, de Tanzanie que du Congo, pour ne citer que ceux-là. Elles ne sont pas regroupées par aires géographiques, par dates, ou par pays colonisateur, mais bien plutôt selon des catégories d’événements. Opérant par rapprochements visuels, non sans faire écho à l’entreprise de Warburg ou aux œuvres d’artistes photoconceptualistes, Maryam Jafri crée des séries d’images de moments clés et de mises en scène codées, tels le défilé, la levée de drapeau ou l’arrivée des dirigeants en voiture. Ces moments se retrouvent au cours de ces différentes journées de déclaration d’indépendance, par-delà les dates et les pays. L’artiste invite ainsi à voir comment le pouvoir se donne à voir et se met en spectacle, et suggère l’influence de l’héritage colonial dans l’appropriation de cette rhétorique de la cérémonie.

Mais au-delà de cette composition osée, étant donné le caractère encore habituellement ancré géographiquement de l’histoire coloniale3, l’engagement essentiel de l’artiste se manifeste dans la provenance des images qu’elle utilise. Le parti pris de Maryam Jafri est en effet d’avoir exclusivement recours aux archives photographiques conservées dans les pays anciennement colonisés. C’est le sens du bloc de texte qui ouvre autant le site de Bétonsalon4 que le journal du lieu bs n°185 consacré à l’exposition (Fig1) : s’y alignent les noms d’institutions et leur situation géographique. Cela éclaire en partie le reste de l’exposition, qui se compose d’œuvres et de documents issus du cheminement et des collaborations qu’a suscités une telle démarche. Maryam Jafri est allée frapper aux portes des chercheur.e.s et des conservateurs au fait de l’existence et du fonctionnement des archives de ces pays anciennement colonisés, afin d’esquisser ce qu’elle nomme une « collection de collections ».

Fig. 1 - visuel pour l'expo, couverture du journal bs n° 18.

Fig. 1 – visuel pour l’expo, couverture du journal bs n° 18.

 

Plusieurs installations font ainsi écho à la question de la situation actuelle des archives photographiques dans ces pays6. À plusieurs reprises les documents évoquent les situations complexes du fait du contexte géopolitique : en Irak ou au Vietnam, les images d’archives se sont avérées inexistantes ou inaccessibles. À propos de la Syrie, Maryam Jafri présente le travail de l’historien Sami Moubayed avec lequel elle avait pu établir un contact. Il avait conçu le site syrianhistory.com où était numérisée une partie des archives qu’il avait personnellement rassemblées concernant l’indépendance du pays, mais depuis le début de la guerre ce site a changé de statut, et le contact avec cet historien est pour l’instant rompu. Accéder à ces archives photographiques est parfois un travail diplomatique de longue haleine. Plus encore, ces exemples témoignent particulièrement du fait que l’existence de ce genre d’archives est loin d’être une évidence.

À côté de ces situations limites, l’exposition en présente aussi certaines qui sont beaucoup plus favorables. On trouve tout particulièrement une brochure présentant les projets de l’EPA, l’École du patrimoine africain7, créée en 1998 à Porto-Novo (Bénin) et qui met en dialogue 26 pays africains engagés dans une dynamique de conservation et de valorisation de leurs collections, notamment photographiques. Franck Ogou, archiviste et responsable de programme dans cette École, qui a étudié la naissance de la photographie au Bénin, a d’ailleurs été l’un des invités clés de la journée d’étude que Bétonsalon a organisé le 13 juin, avec plusieurs collaborateurs, sur les usages du patrimoine8. L’exposition et les événements qui en sont partie prenante explorent ainsi les dynamiques qui existent autour de la question des archives photographiques dans les pays anciennement colonisés, et invitent à reconsidérer un patrimoine souvent vu a priori comme dégradé et mal conservé.

Maryam Jafri n’omet toutefois pas de souligner dans l’exposition que ces archives photographiques sont le plus souvent ignorées et qu’elles subissent un manque cruel de légitimité. Son œuvre Getty vs. Ghana en est symptomatique (Fig. 2) : elle révèle la présence d’une même série de photographies dans les archives du Ministère ghanéen de l’Information et sur le site Getty Images, suggérant le risque de dépossession qui entoure les collections que possèdent les institutions de ces pays face à des banques d’images à la force de diffusion bien plus importante. Or, la démarche de Jafri tend précisément à contrer cette hégémonie. Elle refuse d’avoir recours aux archives photographiques conservées en Europe, de manière à en faire volontairement apparaître d’autres qui sortent des canaux habituels du monde de l’art et de la recherche, et qu’elle tend par son geste à faire exister et à légitimer.

Fig. 2 - Vue de l’exposition de Maryam Jafri, "Le jour d’après", Bétonsalon - Centre d’art et de recherche, Paris, 2015. Maryam Jafri, "Getty Vs. Ghana", 2012. Image © Aurélien Mole.

Fig. 2 – Vue de l’exposition de Maryam Jafri, “Le jour d’après”, Bétonsalon – Centre d’art et de recherche, Paris, 2015. Maryam Jafri, “Getty Vs. Ghana”, 2012. Image © Aurélien Mole.

 

L’artiste déplace le centre de gravité et invite à regarder vers des productions et des collections qui pourraient constituer un réel pendant aux sources habituelles de l’histoire coloniale. Elle suggère par là-même que des hiérarchies et des inégalités existent entre les différents lieux de conservations des ressources et d’élaboration des savoirs : entre ceux légitimés et implantés au cœur des réseaux scientifiques essentiellement occidentaux, et ceux qui restent à la marge. En s’en tenant aux archives photographiques des anciens pays colonisés, elle replace celles-ci au centre des regards et propose ainsi de les extraire des rapports scientifiques de domination qui en font des objets mineurs.

Cette exposition conduit ainsi à prendre conscience que toute archive étant nécessairement ancrée géographiquement et historiquement, l’est par là-même politiquement. Le choix des sources n’est donc jamais neutre. Et il peut se transformer en geste éthique. Celui auquel nous invite Maryam Jafri est de l’ordre du décentrement et du dépassement des hiérarchies entre sources légitimes et sources illégitimes. Certains travaux menés récemment par des chercheurs en photographie s’approchent déjà de ce geste et le mettent en perspective, tel l’ouvrage coordonné par Christopher Morton et Darren Newbury à propos des archives photographiques africaines8. Toutefois, les études et les collaborations de ce genre sont encore largement à mener, et l’exposition sonne comme une adresse puissante envers les chercheur·e·s.

*  *  *

1 L’exposition Chemins de la dignité : représentations visuelles de l’Afrique s’est tenue à SciencePo Paris du 15 mai au 6 juin 2014. Un article de Jean-Philippe Dedieu à propos de la constitution de cette collection avait paru en janvier 2014 sur le Lens Blog du New York Times. URL : Toward Visual Paths of Dignity

2 Voir l’article de Véra Léon, Bouffée d’oxygène aux Rencontres d’Arles, publié le 31 octobre 2014 sur le blog de l’ARIP. URL : Bouffée d’oxygène aux Rencontres d’Arles, par Véra Léon

3 Les lignes bougent toutefois en France dans ce champ de recherche depuis les années 2000. Voir en particulier l’introduction de Pierre Singaravélou, “Situations coloniales et formations impériales : approches historiographiques”, dans l’ouvrage Les Empires coloniaux, XIXe-XXe siècle, publié en 2013 aux éditions du Seuil sous sa direction.

4 Betonsalon-Centre d’art et de recherche

5 Journal distribué à l’entrée de l’exposition, consultable en ligne en version pdf : bs n° 18

6 Parallèlement, quelques œuvres et documents viennent directement questionner le moment des indépendances selon une démarche rétrospective telle que celle de Jafri : le bouquet de fleurs reconstitué par Kapwani Kiwanga, s’inspirant des photographies de la cérémonie d’indépendance de la Fédération du Mali, ou le film de S.N.S. Sastry, I am 20 qui interroge sur la perception de l’Inde en 1967, soit vingt ans après son indépendance.

L’Ecole du Patrimoine Africain

8 D’autres gestes : usages du patrimoine

image d’en-tête : Maryam Jafri, détail d’Independence Day 1934-1975, 2009-en cours, (c) Maryam Jafri


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 26 juin 2015

    […] Mauuarin, Décoloniser les archives photographiques : le geste d’une artiste à Bétonsalon, Carnet de l’ARIP 18 juin […]

  2. 1 juillet 2015

    […] Décoloniser les archives photographiques : le geste d’une artiste à Bétonsalon, par Anaïs Mauuarin, blog de l’ARIP, le 18/06/15 ; […]

  3. 11 août 2015

    […]   […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.