Tous les articles par ARIP

Séminaire : « Towards a Social History of Photoliterature and the Photobook » (Maison française d’Oxford, 2017-2018)

Seminar at the Maison Française d’Oxford 2017-2018

“Towards a Social History of Photoliterature and the Photobook”

 

La Maison Française d’Oxford accueille un séminaire sur la photolittérature et le photobook. Organisé par Paul Edwards (MFO/CNRS/LARCA), il se tiendra d’octobre 2017 à juin 2018. L’argument du séminaire, le programme du premier trimestre, ainsi que les informations pratiques pour assister aux séances, sont retranscrits ci-dessous.

This international seminar brings together researchers working on photography and the book with interdisciplinary approaches, connecting the aesthetic and material dimensions of the photobook with social, economic and political perspectives.

Whilst the scope of the seminar encompasses general aspects of “photography and literature” — such as photographically illustrated fiction, writers’ portraits, the use of photographic activities, products or metaphors in writing — the primary theme of the seminar is the history and current state of the photobook. The aim is to encourage and disseminate research on its social history, its physical forms (including digital), its relations with the art market/bibliophile market, its networks of production, circulation, readership, as well as its engagement with race, whiteness, colonialism, gender and sexuality, and, where pertinent, its ethnographic methods.

Since the end of the economic model that allowed photojournalism to flourish in periodicals over the course of the twentieth century, photographers have increasingly resorted to alternative spaces, and most notably the book. Since the well-distributed publication of Martin Parr and Gerry Badger’s The Photobook: A History (2004), interest in photographers’ books has increased dramatically at auction houses, and the question of “value” has become insistent and complex. Book studies, anthropology, sociology, comparative literature, history of art… different disciplines can help shed light on the social meanings of photobooks, hence the need for an interdisciplinary seminar.

The schedule of talks is fixed and published at the beginning of each term.

Image à la une : View of the displays at the Early Literary Photobooks exhibition held at UCLA in 2016 (c) Paul Edwards.

Seminar at the Maison Française d’Oxford 2017-2018

2-10 Norham Road, Oxford OX2 6SE

“Towards a Social History of Photoliterature and the Photobook”

Convened by Paul Edwards (MFO / CNRS / LARCA)

Wednesdays at 5:15 p.m. (tea is served at 5 p.m.)

 

Michaelmas term 2017

25 October : Introduction to the seminar

  • Paul Edwards (MFO), “Towards a social history of the literary photobook and contemporary documentary bookart”
  • Hermann Wittenberg (University of the Western Cape): “Coetzee and Photography”

8 November : Photography in and out of the book

  • Terry Hale (University of Hull), “W.G. Sebald and Georges Rodenbach”

22 November : Photographic bookart

  • Dennis Duncan (Darwin College, Cambridge), “Photographic Constraints: Georges Perec, Joachim Schmidt and Elisabeth Tonnard”
  • Rebecca Varley-Winter (Clare College, Cambridge), “Joanna Newsom’s Divers, and Kim Keever”

19 octobre 2017 : rencontre avec Marc Lenot « Jouer contre les appareils »

Le jeudi 19 octobre 2017 à 19h, l’ARIP vous invite à écouter et discuter avec Marc Lenot en salle Walter Benjamin (INHA, Galerie Colbert)

La rencontre avec Marc Lenot se fait à l’occasion de la parution de son livre, « Jouer contre les Appareils (de la Photographie expérimentale) », aux éditions Photosynthèses. Ce livre est fondé sur sa thèse de doctorat menée sous la direction de Michel Poivert (Université Panthéon-Sorbonne).

(Paolo Gioli, Pugno stenopeico, 1989)

Qu’est-ce que la photographie expérimentale ? C’est un champ peu étudié et un concept peu défini dans l’histoire de la photographie contemporaine. L’auteur présente les travaux d’une centaine de photographes expérimentaux et, pour les caractériser, s’appuie en particulier sur les thèses du philosophe brésilien Vilém Flusser : des photographes jouant contre les appareils, ne respectant pas les règles et perturbant le bon fonctionnement de l’apparatus photographique en en modifiant les paramètres établis. Ainsi, certains artistes enfreignent les règles de production de l’image en jouant avec le temps, avec la lumière, avec la chimie du développement ou avec le tirage, ou en réinventant l’appareil photographique. D’autres se démarquent du dispositif en déconstruisant l’appareil, en n’utilisant pas d’objectif (camera obscura), parfois pas d’appareil du tout (photogramme), ou en détournant la matière photographique. D’autres enfin déplacent l’auteur-photographe, en l’effaçant ou en incluant leur propre corps dans le geste photographique. La photographie expérimentale contemporaine ne constitue pas à proprement parler une école ou un mouvement, mais simplement un courant, un moment entre le déclin de la photographie analogique documentaire traditionnelle et l’avènement de la photographie numérique à la fin du xxe siècle et au début du xxie siècle.

Cette rencontre sera l’occasion d’échanger sur la genèse et le développement de ses recherches et la préparation d’un ouvrage à partir d’une thèse. La rencontre se déroulera en deux temps : une présentation de Marc Lenot, suivi d’un moment pour les questions du public.

Rendez-vous le jeudi 19 octobre,
de 19h à 21h à l’INHA (Salle Walter Benjamin – Rez-de-chaussée)
6, rue des Petits-Champs, 75002 Paris (entrée par la Galerie Colbert)

Appel à participation : atelier de l’ARIP (2018)

Au vu de l’intérêt qu’ont suscité les ateliers méthodologiques menés par l’Association de recherche sur l’image photographique les années passées, l’ARIP reconduit un cycle de rendez-vous pour l’année 2018.

Ils prendront la forme d’ateliers mensuels avec un objectif double : ils seront d’une part l’occasion de découvrir des sujets de recherche inédits sur la photographie et d’autre part, ils permettront d’aborder et d’explorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie, et auxquels se trouvent souvent confronté·e·s nombre de (jeunes) chercheur·e·s. dans ce domaine.

Ces ateliers veulent constituer un lieu participatif et bienveillant d’échanges horizontaux, avec comme enjeu essentiel de partager, voire de construire ensemble, des savoirs méthodologiques. Il ne s’agira en aucun cas de présentations académiques, du type conférence.

Chaque séance sera l’occasion de découvrir le travail d’un·e jeune chercheur·e à travers la présentation d’un problème méthodologique qu’il/elle rencontre ou a rencontré au cours de ses recherches. La forme des ateliers sera la suivante : une présentation du sujet de la recherche (10 min.), puis une explicitation du problème méthodologique rencontré (10 min.), et enfin une discussion ouverte avec les participant.e.s (40 min. environ). Le but est que ces échanges fassent avancer non seulement la personne qui présente ses recherches, mais aussi, par leurs résonances avec d’autres questionnements, toutes les personnes présentes.

Pour ce faire, une attention particulière sera portée aux sources utilisées pour la recherche. La projection d’exemples de sources est plus que recommandée durant la présentation, de manière à ce qu’elles soient au cœur de la réflexion et constituent une base pour la réflexion commune avec les personnes présentes. Il s’agira de présenter le projet de recherche en en montrant la genèse, les enjeux et les difficultés.

Les propositions feront donc état du problème méthodologique qu’elles souhaitent présenter, en lien avec les problématiques spécifiques aux études sur la photographie. Voici quelques questionnements que l’ARIP aimerait aborder durant cette année (liste non exhaustive) :

  • la constitution du corpus
  • la problématisation
  • la mise en place du plan
  • les méthodes abordées (quantitative, iconographique)
  • l’historiographie
  • le cadre théorique (histoire sociale, cultural studies, rapport aux études littéraires…)
  • l’engagement politique du jeune chercheur

Cet appel à participation s’adresse ainsi avant tout aux jeunes chercheur.e.s intéressé.e.s pour évoquer leurs questions de recherche, plutôt que leurs objets.

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les jeunes chercheur·e·s de tous les champs disciplinaires rattachés auxhumanités, aux arts et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions de participation comprendront :

  • Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
  • Affiliation(s) et statut(s)
  • Titre de la proposition
  • Résumé présentant la thématique de recherche (10 lignes maximum)
  • Présentation du problème méthodologique abordé, et éventuellement des sources utilisées (20 lignes maximum)

 

Elles seront envoyées au plus tard le 1er décembre 2017 à l’adresse suivante : arip.contact[at]gmail.com

Proposals in English are welcome.

Les ateliers se dérouleront à l’INHA (2, rue Vivienne, Paris) à partir de janvier 2018. Les frais de déplacement ne peuvent pas être pris en charge par l’association.

L’ARIP – dont la dynamique a été relancée en mars 2014, et dont le dernier bureau collégial a été élu en novembre 2016 – développe ses activités, avec comme principe de mutualiser les recherches et les expériences concernant l’image photographique.

Nous avons à cœur d’en faire une plateforme ouverte et interdisciplinaire rassemblant de jeunes chercheur·e·s allant du master au post-doc et provenant de multiples universités, ainsi que des photographes et des professionnel·le·s du monde de la photo.

Par des échanges concernant des sujets de recherche spécifiques autant que par le questionnement de thématiques transversales, nous voulons faire de l’ARIP un espace bienveillant où s’épanouit une pensée de la photographie en construction

crédit image : Louis Lafon, Le pont de Lassard sur la Rance, 1879, Metropolitan Museum, New York (domaine public).

Mardi 26 septembre / 7e Atelier Méthodologique

Le 7e atelier méthodologique de rentrée de l’ARIP est international. Le mardi 26 septembre 2017, l’ARIP  accueillera Chiara Naldi (Université de Udine, Italie) et Fabiana Bruce Silva (UFRPE, Université Fédérale Rurale de Pernambouc – Brésil, Professeur agrégé).

 

Chiara Naldi 
(Université de Udine, Italie)

« Une collection photographique peut-elle devenir la source d’une nouvelle méthode historiographique ? Le cas du fonds Jean Paul Milliet de l’INHA » 

Comment a bien pu se développer la représentation photographique de l’art de la Renaissance au cours du XIXème siècle ? Selon quels critères de marché et de goût les photographes ont sélectionné un si vaste patrimoine artistique ?
Nous utilisons la collection inédite de photographies du peintre français Jean Paul Milliet (1844-1918), aujourd’hui conservée à l’INHA, comme éventuel outil méthodologique. La collection photographique de Milliet s’inscrit donc dans une double démarche : comme un cas d’étude, c’est-à-dire la « photothèque » particulière d’un peintre, mais aussi comme un outil méthodologique pour filtrer l’étude de la diffusion de l’image photographique de l’art italien.
Lors de cette séance, je vais présenter mon cas d’étude et quelques réflexions thématiques générales de la production photographique du XIXe siècle : des photographies des dessins d’ancien maitres réalisés par John Brampton Philpot, de reproduction photographiques des estampes de traduction, des photographies d’œuvres du musée des Offices.

 

Fabiana Bruce Silva
(UFRPE, Université Fédérale Rurale de Pernambouc – Brésil, Professeur agrégé)

« La ville de Recife photographiée par Benício Whatley Dias (1914-1976) : quel hommage, quelle “beauté documentaire” ? »

Récemment, à Recife, le 13 mars 2017, je participais à une table ronde de lancement d’un livre sur les thématiques muséographie, architecture, photographie et mémoire, pour lequel j’ai publié une contribution intitulée La ville de Benício Dias : mémoire et oubli. Ce livre est le résultat d’un séminaire international qui s’est déroulé en 2016. À cette occasion, j’ai rendu un hommage au photographe du Pernambouc, Benício Whatley Dias (1914-1976), qui photographia la ville de Recife et sa transformation urbaine entre les années 1920 et 1950. L’examen des collections de ce photographe, m’a conduite à mesurer l’importance de celles-ci pour la recherche sur le Mouvement moderne en architecture (Movimento Moderno) et le patrimoine culturel brésilien, et m’a amenée à formuler une proposition de recherche sur la rhétorique de ses images d’un point de vue historique, social aussi bien qu’esthétique. Un des objectifs est d’étudier la valeur d’un travail réalisé avec un instrument qui est le pur produit d’une période vouée au culte du moderne, pour y déceler ou pas, les indices visibles ou, ce qui n’est pas montré, (le hors-champ) d’une pensée critique ou du moins, une prise de distance par rapport à ce même culte.

Rendez-vous le mardi 26 septembre,
de 19h à 21h à l’INHA (salle du CIRHAC.1er étage)
6, rue des Petits-Champs, 75002 Paris (entrée par la Galerie Colbert)

Pour plus d’informations : événement Facebook 

Légende de l’image : Benicio Whatlhey Dias, Coin de la Rua Formosa et Rua da Aurora, quartier Boa Vista à Recife, c. 1941. Collection BD de la Fundação Joaquim Nabuco, Recife – PE, Brésil.

 

L’AUTOMNE À L’ARIP

3 OCTOBRE 2017 / 19H / SALLE CIRHAC

Atelier Méthodologique avec :

– Suzannah Henty (Panthéon-Sorbonne Paris 1) : « Identity displacement: A study of the creation of fictional geographies and the Franco-Belge and Franco-Algerian experience of colonialism. »

19 OCTOBRE 2017 / 19H / SALLE WALTER BENJAMIN

Rencontre et discussion avec Marc Lenot autour de son livre « Jouer contre les Appareils (de la Photographie expérimentale) » (préface de Michel Poivert – éditions Photosynthèses)

SAMEDI 18 NOVEMBRE 2017 / Centre des Recollets (75010)

Quel avenir pour la commande publique de photographie en France ?
Conférence organisée par l’Association de Recherche sur l’Image Photographie) et l’association FETART dans le cadre des « Rencontres Photo du 10e » (Programme publiée bientôt)

5 DECEMBRE 2017 / 19H / SALLE CIRHAC

Atelier Méthodologique avec :

– Yogan Muller (ENSAV La Cambre et Université libre de Bruxelles) : « Redonner matière à l’image photographique »

Au plaisir de vous voir parmi nous,

L’ARIP
Max Bonhomme, Taous Dahmani, Amandine Gabriac,
Joséphine Givodan, Alice Aigrain et Assia Quesnel

2017 : Nouvelle composition du bureau

Suite à l’assemblée générale du 12 septembre 2017, l’ARIP a élargi son bureau en accueillant trois nouvelles doctorantes :

Joséphine Givodan (Histoire de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Alice Aigrain (Histoire de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Assia Quesnel (Histoire de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Bienvenue à elles !

Autres membres du bureau depuis 2016 : Taous Dahmani (Paris 1), Amandine Gabriac (Sorbonne Paris-Cité), Max Bonhomme (Paris-Nanterre)

Image : Frank Eugene, c.1900-1908, Metropolitan Museum, New York