Archives par mot-clé : ARIP

Appel à participation : atelier de l’ARIP (2018)

Au vu de l’intérêt qu’ont suscité les ateliers méthodologiques menés par l’Association de recherche sur l’image photographique les années passées, l’ARIP reconduit un cycle de rendez-vous pour l’année 2018.

Ils prendront la forme d’ateliers mensuels avec un objectif double : ils seront d’une part l’occasion de découvrir des sujets de recherche inédits sur la photographie et d’autre part, ils permettront d’aborder et d’explorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie, et auxquels se trouvent souvent confronté·e·s nombre de (jeunes) chercheur·e·s. dans ce domaine.

Ces ateliers veulent constituer un lieu participatif et bienveillant d’échanges horizontaux, avec comme enjeu essentiel de partager, voire de construire ensemble, des savoirs méthodologiques. Il ne s’agira en aucun cas de présentations académiques, du type conférence.

Chaque séance sera l’occasion de découvrir le travail d’un·e jeune chercheur·e à travers la présentation d’un problème méthodologique qu’il/elle rencontre ou a rencontré au cours de ses recherches. La forme des ateliers sera la suivante : une présentation du sujet de la recherche (10 min.), puis une explicitation du problème méthodologique rencontré (10 min.), et enfin une discussion ouverte avec les participant.e.s (40 min. environ). Le but est que ces échanges fassent avancer non seulement la personne qui présente ses recherches, mais aussi, par leurs résonances avec d’autres questionnements, toutes les personnes présentes.

Pour ce faire, une attention particulière sera portée aux sources utilisées pour la recherche. La projection d’exemples de sources est plus que recommandée durant la présentation, de manière à ce qu’elles soient au cœur de la réflexion et constituent une base pour la réflexion commune avec les personnes présentes. Il s’agira de présenter le projet de recherche en en montrant la genèse, les enjeux et les difficultés.

Les propositions feront donc état du problème méthodologique qu’elles souhaitent présenter, en lien avec les problématiques spécifiques aux études sur la photographie. Voici quelques questionnements que l’ARIP aimerait aborder durant cette année (liste non exhaustive) :

  • la constitution du corpus
  • la problématisation
  • la mise en place du plan
  • les méthodes abordées (quantitative, iconographique)
  • l’historiographie
  • le cadre théorique (histoire sociale, cultural studies, rapport aux études littéraires…)
  • l’engagement politique du jeune chercheur

Cet appel à participation s’adresse ainsi avant tout aux jeunes chercheur.e.s intéressé.e.s pour évoquer leurs questions de recherche, plutôt que leurs objets.

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les jeunes chercheur·e·s de tous les champs disciplinaires rattachés auxhumanités, aux arts et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions de participation comprendront :

  • Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
  • Affiliation(s) et statut(s)
  • Titre de la proposition
  • Résumé présentant la thématique de recherche (10 lignes maximum)
  • Présentation du problème méthodologique abordé, et éventuellement des sources utilisées (20 lignes maximum)

 

Elles seront envoyées au plus tard le 1er décembre 2017 à l’adresse suivante : arip.contact[at]gmail.com

Proposals in English are welcome.

Les ateliers se dérouleront à l’INHA (2, rue Vivienne, Paris) à partir de janvier 2018. Les frais de déplacement ne peuvent pas être pris en charge par l’association.

L’ARIP – dont la dynamique a été relancée en mars 2014, et dont le dernier bureau collégial a été élu en novembre 2016 – développe ses activités, avec comme principe de mutualiser les recherches et les expériences concernant l’image photographique.

Nous avons à cœur d’en faire une plateforme ouverte et interdisciplinaire rassemblant de jeunes chercheur·e·s allant du master au post-doc et provenant de multiples universités, ainsi que des photographes et des professionnel·le·s du monde de la photo.

Par des échanges concernant des sujets de recherche spécifiques autant que par le questionnement de thématiques transversales, nous voulons faire de l’ARIP un espace bienveillant où s’épanouit une pensée de la photographie en construction

crédit image : Louis Lafon, Le pont de Lassard sur la Rance, 1879, Metropolitan Museum, New York (domaine public).

Mardi 26 septembre / 7e Atelier Méthodologique

Le 7e atelier méthodologique de rentrée de l’ARIP est international. Le mardi 26 septembre 2017, l’ARIP  accueillera Chiara Naldi (Université de Udine, Italie) et Fabiana Bruce Silva (UFRPE, Université Fédérale Rurale de Pernambouc – Brésil, Professeur agrégé).

 

Chiara Naldi 
(Université de Udine, Italie)

« Une collection photographique peut-elle devenir la source d’une nouvelle méthode historiographique ? Le cas du fonds Jean Paul Milliet de l’INHA » 

Comment a bien pu se développer la représentation photographique de l’art de la Renaissance au cours du XIXème siècle ? Selon quels critères de marché et de goût les photographes ont sélectionné un si vaste patrimoine artistique ?
Nous utilisons la collection inédite de photographies du peintre français Jean Paul Milliet (1844-1918), aujourd’hui conservée à l’INHA, comme éventuel outil méthodologique. La collection photographique de Milliet s’inscrit donc dans une double démarche : comme un cas d’étude, c’est-à-dire la « photothèque » particulière d’un peintre, mais aussi comme un outil méthodologique pour filtrer l’étude de la diffusion de l’image photographique de l’art italien.
Lors de cette séance, je vais présenter mon cas d’étude et quelques réflexions thématiques générales de la production photographique du XIXe siècle : des photographies des dessins d’ancien maitres réalisés par John Brampton Philpot, de reproduction photographiques des estampes de traduction, des photographies d’œuvres du musée des Offices.

 

Fabiana Bruce Silva
(UFRPE, Université Fédérale Rurale de Pernambouc – Brésil, Professeur agrégé)

« La ville de Recife photographiée par Benício Whatley Dias (1914-1976) : quel hommage, quelle “beauté documentaire” ? »

Récemment, à Recife, le 13 mars 2017, je participais à une table ronde de lancement d’un livre sur les thématiques muséographie, architecture, photographie et mémoire, pour lequel j’ai publié une contribution intitulée La ville de Benício Dias : mémoire et oubli. Ce livre est le résultat d’un séminaire international qui s’est déroulé en 2016. À cette occasion, j’ai rendu un hommage au photographe du Pernambouc, Benício Whatley Dias (1914-1976), qui photographia la ville de Recife et sa transformation urbaine entre les années 1920 et 1950. L’examen des collections de ce photographe, m’a conduite à mesurer l’importance de celles-ci pour la recherche sur le Mouvement moderne en architecture (Movimento Moderno) et le patrimoine culturel brésilien, et m’a amenée à formuler une proposition de recherche sur la rhétorique de ses images d’un point de vue historique, social aussi bien qu’esthétique. Un des objectifs est d’étudier la valeur d’un travail réalisé avec un instrument qui est le pur produit d’une période vouée au culte du moderne, pour y déceler ou pas, les indices visibles ou, ce qui n’est pas montré, (le hors-champ) d’une pensée critique ou du moins, une prise de distance par rapport à ce même culte.

Rendez-vous le mardi 26 septembre,
de 19h à 21h à l’INHA (salle du CIRHAC.1er étage)
6, rue des Petits-Champs, 75002 Paris (entrée par la Galerie Colbert)

Pour plus d’informations : événement Facebook 

Légende de l’image : Benicio Whatlhey Dias, Coin de la Rua Formosa et Rua da Aurora, quartier Boa Vista à Recife, c. 1941. Collection BD de la Fundação Joaquim Nabuco, Recife – PE, Brésil.

 

L’AUTOMNE À L’ARIP

3 OCTOBRE 2017 / 19H / SALLE CIRHAC

Atelier Méthodologique avec :

– Suzannah Henty (Panthéon-Sorbonne Paris 1) : « Identity displacement: A study of the creation of fictional geographies and the Franco-Belge and Franco-Algerian experience of colonialism. »

19 OCTOBRE 2017 / 19H / SALLE WALTER BENJAMIN

Rencontre et discussion avec Marc Lenot autour de son livre « Jouer contre les Appareils (de la Photographie expérimentale) » (préface de Michel Poivert – éditions Photosynthèses)

SAMEDI 18 NOVEMBRE 2017 / Centre des Recollets (75010)

Quel avenir pour la commande publique de photographie en France ?
Conférence organisée par l’Association de Recherche sur l’Image Photographie) et l’association FETART dans le cadre des « Rencontres Photo du 10e » (Programme publiée bientôt)

5 DECEMBRE 2017 / 19H / SALLE CIRHAC

Atelier Méthodologique avec :

– Yogan Muller (ENSAV La Cambre et Université libre de Bruxelles) : « Redonner matière à l’image photographique »

Au plaisir de vous voir parmi nous,

L’ARIP
Max Bonhomme, Taous Dahmani, Amandine Gabriac,
Joséphine Givodan, Alice Aigrain et Assia Quesnel

Assemblée générale de l’ARIP – 12 septembre 2017

Chères et chers collègues,

Nous vous invitons à venir discuter avec nous de l’avenir de l’ARIP demain, mardi 12 septembre, à 19h en salle du CIRHAC à l’occasion de l’Assemblée Générale de l’ARIP.

L’Assemblée sera l’occasion d’aborder plusieurs points comme la possibilité de rejoindre le bureau ou devenir membre actif ; discuter des nouveaux projets, du planning, des chantiers ; effectuer un bilan et discuter du développement du carnet.

Venez nombreux discuter et échanger autour de l’avenir de l’ARIP !

Rendez-vous mardi 12 septembre,
de 19h à 21h à l’INHA (salle du CIRHAC.1er étage)
6, rue des Petits-Champs, 75002 Paris (entrée par la Galerie Colbert)

Pour plus d’informations : événement Facebook 

AGENDA DE L’ARIP / AUTOMNE 2017 

26 SEPTEMBRE 2017 / 19H / SALLE CIRHAC

Atelier Méthodologique avec :

* Chiara Naldi (Université de Udine – Italie): « Une collection photographique peut-elle devenir la source d’une nouvelle méthode historiographique ? Le cas du fonds Jean Paul Milliet de l’INHA. »

* Fabiana Bruce (Université Fédérale Rurale de Pernambuco – Brésil) : « La ville de Recife photographié par Benicio Whatley Days (1914-1976) : quel hommage, quelle  » beauté documentaire  » ? »

3 OCTOBRE 2017 / 19H / SALLE CIRHAC

Atelier Méthodologique avec :

* Suzannah Henty (Panthéon-Sorbonne Paris 1) : « Identity displacement: A study of the creation of fictional geographies and the Franco-Belge and Franco-Algerian experience of colonialism. »

19 OCTOBRE 2017 / 19H / SALLE WALTER BENJAMIN

Rencontre et discussion avec Marc Lenot autour de son livre « Jouer contre les Appareils (de la Photographie expérimentale) » (préface de Michel Poivert – éditions Photosynthèses)

SAMEDI 18 NOVEMBRE 2017

Quel avenir pour la commande publique de photographie en France ?

Conférence organisée par l’Association de Recherche sur l’Image Photographie) et l’association FETART dans le cadre des « Rencontres Photo du 10e »

5 DECEMBRE 2017 / 19H / SALLE CIRHAC

Atelier Méthodologique avec :

– Yogan Muller (ENSAV La Cambre et Université libre de Bruxelles) :
« Redonner matière à l’image photographique »

 

Au plaisir de vous voir parmi nous,

L’ARIP
Max Bonhomme, Taous Dahmani et Amandine Gabriac

crédit image : Carrie Mae Weems, Portrait of Myself as an Intellectual Revolutionary, Gelatin Silver Print, 1988
Whitney Museum of American Art, New York ; Purchase, with funds from the Photography Committee
© artist

Parution du dossier « (Re)politiser les discours sur la photographie »

 

L’équipe du chantier Photo/savoirs/critiques a le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro 18.2 de la revue Image and Narrative, en libre accès dès maintenant sur le site dédié.

Il contient notamment un dossier thématique intitulé « (Re)politiser les discours sur la photographie », dirigé par Eliane de Larminat, Véra Léon, Anaïs Mauuarin, et Alice Morin.


L’introduction présente d’abord les enjeux d’une telle démarche (versions française et anglaise disponibles en PDF) :

Comment et pourquoi inviter aujourd’hui à (re)politiser les discours sur la photographie ? Le parti pris de ce dossier est de chercher l’articulation entre photographie et politique moins au niveau des objets photographiques – vecteurs de propagande ou d’engagement militant – qu’au niveau des discours sur la photographie. L’attention aux enjeux politiques des images se joue dans la manière dont on les regarde et dont on en parle, et pas seulement dans l’analyse d’un corpus restreint aux images politiques ou politisées. (Re)politiser les discours c’est tenter de changer d’approche et de décentrer le regard afin d’envisager la photographie dans son ensemble ‒ ses pratiques, ses acteurs et ses objets ‒ comme un espace de relations politiques.

 Le dossier présente quatre perspectives différentes de repolitisation des discours sur la photographie :
– The Residual Poetics of Mutiny in Allan Sekula’s Ship of Fools / The Dockers’ Museum (2010-2013)

Jeroen Verbeeck (PDF)

– The 1990s and 2000s politicization of British photography over identity issues—class, ethnicity, nation—and beyond

Karine Chambefort-Kay (PDF)

– Photographier la catastrophe, témoigner de l’humain. La Nouvelle-Orléans après Katrina

Maude Oswald (PDF)

– De positions en situations, Antoine d’Agata au prisme de la philosophie de la praxis
Clément Paradis (PDF)

Dès le mois de septembre, une réunion sera organisée pour discuter des prochains projets du chantier Photo/savoirs/critiques de l’ARIP pour l’année 2017-2018.

D’ici là, nous vous souhaitons une très bonne lecture ainsi qu’une belle rentrée.

L’équipe de coordination du numéro
Eliane de Larminat, Véra Léon, Anaïs Mauuarin, et Alice Morin

6e atelier méthodologique : la photographie de mode et la « post-photographie »

Le mardi 13 juin aura lieu le 6e atelier méthodologique de l’ARIP.
Nous aurons le plaisir d’accueillir Marlène Van de Casteele (Université Lumière LYON 2) et Julie Martin (Université Toulouse Jean Jaurès).

 

Marlène Van de Casteele :  « La photographie de mode, une approche multi-méthodologique. »

Résumé : La photographie de mode cristallise en elle les tensions existantes au cœur du système de valeurs de la culture. Perçue comme une ressource documentaire, testimoniale et promotionnelle au service de la mode, avant d’être considérée comme un mode de représentation et un objet d’études scientifiques, elle constitue un phénomène culturel à la rencontre du high et du low. De ce fait, n’est-elle pas un médium manifeste venu remettre en question les champs disciplinaires ? Relayant une histoire de la mode et du genre, une histoire esthétique et sociale, une histoire des techniques, elle s’inscrit dans une pluralité de la pensée et non seulement dans une histoire de la photographie. Afin d’analyser les spécificités de la photographie de mode et de révéler la complexité du processus de conversion d’une image de mode commerciale en un objet esthétique décontextualisé, ne semble-t-il pas plus approprié d’adopter une approche multi-méthodologique ? La photographie de mode appelle en effet à une variété d’approches extraites de différentes disciplines (Fashion Studies, Cultural Studies, Visual Studies, Museum Studies, Exhibitions Studies et études matérielles) pour déterminer les diverses spécificités de production, de collecte d’images de mode au sein des institutions muséales françaises et de sa finalité, l’exposition.

Julie Martin, « Post-médium, post-internet, post-photographie, post documentaire. Un champ d’étude qualifié en post : des étiquettes neutralisantes ou des concepts prometteurs ? »

Résumé : Le contexte artistique et photographique actuel est fréquemment qualifié en post : post-médium, post-photographique, post-internet, post-documentaire. Ces termes sont couramment convoqués par les commissaires d’exposition et les critiques d’art pour identifier et singulariser certaines démarches artistiques.
Cependant, nous nous demandons actuellement comment recourir, dans une recherche universitaire, à ces jeunes notions pour certaines encore peu théorisées. Si le préfixe post désigne une succession, après quoi se situe-t-on ? Le concept de post-média a été commenté et largement analysé (Guattari, Krauss, Manovich), peut-on considérer que les concepts de post-internet et post-photographique constituent des ramifications de cette réflexion ? Les démarches artistiques ainsi désignées ne couvrent-elles pas un champ si hétérogène que le concept devient inopérant ?
Plutôt qu’à un usage classificatoire ne pourrait-on pas avoir recours à ces termes dans une visée plus analytique ? Plutôt que de critères typologiques ne s’agirait-il pas plutôt d’en faire des outils d’étude des œuvres ?

Rendez-vous le mardi 13 juin en salle CIRHAC
de 18h à 20h à l’INHA
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Nous vous invitons à ramener de quoi boire et/ou grignoter pour plus de convivialité.