Archives par mot-clé : politique

Parution du dossier « (Re)politiser les discours sur la photographie »

 

L’équipe du chantier Photo/savoirs/critiques a le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro 18.2 de la revue Image and Narrative, en libre accès dès maintenant sur le site dédié.

Il contient notamment un dossier thématique intitulé « (Re)politiser les discours sur la photographie », dirigé par Eliane de Larminat, Véra Léon, Anaïs Mauuarin, et Alice Morin.


L’introduction présente d’abord les enjeux d’une telle démarche (versions française et anglaise disponibles en PDF) :

Comment et pourquoi inviter aujourd’hui à (re)politiser les discours sur la photographie ? Le parti pris de ce dossier est de chercher l’articulation entre photographie et politique moins au niveau des objets photographiques – vecteurs de propagande ou d’engagement militant – qu’au niveau des discours sur la photographie. L’attention aux enjeux politiques des images se joue dans la manière dont on les regarde et dont on en parle, et pas seulement dans l’analyse d’un corpus restreint aux images politiques ou politisées. (Re)politiser les discours c’est tenter de changer d’approche et de décentrer le regard afin d’envisager la photographie dans son ensemble ‒ ses pratiques, ses acteurs et ses objets ‒ comme un espace de relations politiques.

 Le dossier présente quatre perspectives différentes de repolitisation des discours sur la photographie :
– The Residual Poetics of Mutiny in Allan Sekula’s Ship of Fools / The Dockers’ Museum (2010-2013)

Jeroen Verbeeck (PDF)

– The 1990s and 2000s politicization of British photography over identity issues—class, ethnicity, nation—and beyond

Karine Chambefort-Kay (PDF)

– Photographier la catastrophe, témoigner de l’humain. La Nouvelle-Orléans après Katrina

Maude Oswald (PDF)

– De positions en situations, Antoine d’Agata au prisme de la philosophie de la praxis
Clément Paradis (PDF)

Dès le mois de septembre, une réunion sera organisée pour discuter des prochains projets du chantier Photo/savoirs/critiques de l’ARIP pour l’année 2017-2018.

D’ici là, nous vous souhaitons une très bonne lecture ainsi qu’une belle rentrée.

L’équipe de coordination du numéro
Eliane de Larminat, Véra Léon, Anaïs Mauuarin, et Alice Morin

Atelier du chantier Photo/savoirs/critiques : 26 mai 2016

Pour relancer nos fructueux échanges en cette fin d‘année 2015-2016, nous vous proposons de participer à un nouvel atelier du chantier Photo/savoirs/critiques.

Rendez-vous
jeudi 26 mai, 18h-20h
salle CIRHAC
(INHA, 2 rue Vivienne, 75002)


Nous avons pensé cet atelier -comme le précédent- de manière très participative, nous vous remercions donc d’avance de bien vouloir vous inscrire ici.

L’atelier comportera deux volets.

Dans un premier temps, nous souhaitons aborder des questions méthodologiques : il s’agira pour chacun.e de présenter (de manière très libre et informelle) les questions et problèmes concrets qu’il/elle a en ce moment dans sa recherche (sous une forme courte, 5-10 min maximum), pour que nous puissions ensuite dialoguer ensemble sur ces questions et nous faire avancer mutuellement, en croisant les expériences et les points de vue.

La thématique est double -et fidèle à notre ligne directrice- : à la fois sur la méthodologie adoptée vis-à-vis des sources, et sur l’épistémologie du/de la chercheur.e par rapport à son sujet -une question que nous avions commencé à soulever dans notre appel à communication pour le JE du 7 décembre, et que nous souhaitons toujours développer.

Dans un deuxième temps, l’idée est aussi de réfléchir tou·te·s ensemble aux projets que nous souhaiterions mettre en place pour l’année 2016-2017, de manière collaborative et en envisageant l’alternance des prises d’initiatives et de responsabilité en ce qui concerne notamment les ateliers.
 
Merci d’avance de nous signaler votre intérêt et votre éventuelle présence lors de cette réunion de fin d’année.
N’hésitez pas également à apporter de quoi boire/manger pour que la discussion soit plus conviviale !
 

Au plaisir de vous retrouver pour cette occasion,

Le chantier Photo/Savoirs/Critique

_____
Image :
Augustus Sherman,
Ruthenian woman (Ellis Island portrait), vers 1906 (détail).
CC – source : http://publicdomainreview.org/collections/portraits-of-ellis-island-immigrants/

Compte-rendu de l’atelier du 26 novembre : « Articuler les images, de la carte à la photographie »

La séance s’ouvre en salle Pernot à l’INHA, et regroupe environ 15 personnes.

Emmanuel Falguières : « Articuler les images, de la carte à la photographie »

Présentation de la recherche et du problème méthodologique

Diaporama de la présentation
Dans les archives de l’état du Kansas aux Etats-Unis est conservé un ensemble de 58 cartes d’écoliers faites entre 1907 et 1914, à la demande d’un juge, le juge Ruppenthal. Ces cartes décrivent les townships dans lesquels vivaient ces enfants de l’Ouest du Kansas. Elles fournissent également des données historiques à propos des lieux cartographiés. Ce corpus, qui est le point focal de ma recherche, est à lui seul une porte d’entrée privilégiée pour étudier la vie de ces communautés rurales des grandes plaines.

Il se trouve que dans les mêmes années, au même endroit, un adolescent fait de façon indépendante, une autre sorte de cartographie. L.W. Halbe prend entre ses 15 ans et ses 19 ans plus de 4000 clichés photographiques de sa communauté — environ 1500 nous sont parvenus.

La séance cherche à ouvrir la question des enjeux méthodologiques quant à l’articulation entre ces photographies et un corpus visuel sémantiquement très différent, celui des cartes.

« What’s the Matter with Kansas ? » : présentation du Kansas et de ses spécificités 

Etat central des Etats-Unis, composé de grandes plaines, le Kansas posssède une image ambivalente dans l’imaginaire géographique américain. Tout à la fois, “état-catastrophe” (pas d’eau, facilement inondable, traversé de tornades, il y fait trop chaud en été, trop froid en hiver, etc) et “état-modèle” de l’idée coloniale Jeffersonienne (lieu “idéal” pour ces familles de colons, blanches, morales, chrétiennes, sobres et travailleuses venant s’installer pour cultiver la terre).

Pour être plus précis, on peut dire qu’il existe deux Kansas :
– L’Est, où se regroupent les centres de pouvoir (grandes villes, universités, industrie aérienne),  moins agricole, au climat moins dur.
– L’Ouest : une zone plus reculée de grandes plaines battues par les vents, vue plus comme un lieu de passage qu’un endroit de vie.

Le corpus de cartes

Le corpus des 58 cartes d’écoliers archivé à la Kansas State Historical Society (KSHS) a été produit entre 1907 et 1914 dans l’ouest du Kansas, dans les 6 comtés du 23e district judiciaire sous l’autorité du juge Ruppenthal.

J.C. Ruppenthal est né à Philadelphie en 1869 et emménage dans l’ouest du Kansas, dans une ferme sur un homestead à la terre pauvre et ingrate, alors qu’il est enfant. Il arrive dans un lieu aux institutions quasi inexistantes.

Quand il est élu juge en 1907, il est le seul démocrate de tout l’ouest du Kansas. Sitôt élu, il décide d’organiser un concours de cartes au sein de sa nouvelle jurisdiction. Pour cela il envoie une circulaire à toutes les écoles et journaux locaux de son district annonçant son intention de donner 30 prix pour les 30 meilleures cartes, 5 cartes seront primées par comté. Les premiers prix sont de 3 dollars, soit 78 dollars actuels, une somme non négligeable pour un écolier de cette région rurale et pauvre du Kansas. Les écoliers doivent créer une carte de leur township, un carré de 6 miles de côté qui constitue l’unité topographique de base du territoire “public” américain.

Le juge veut avant tout que les enfants racontent à travers leur carte et la note qui l’accompagne., l’histoire de leur township. Si l’intérêt du juge n’est pas le relevé topographique, il se trouve plutôt dans le fait de conserver des faits historiques n’existant que sous forme orales à travers les histoires des pionniers. Le juge souhaite que ces informations soient conservées, jugeant que la première vague de colonisation est révolue.

Le juge a été instituteur dans sa jeunesse pour se payer ses cours de droit. Il n’y a donc pas de surprise à le voir mobiliser le tissu éducatif dans son opération. La période de 1907-1915 est charnière dans l’émergence d’un système éducatif institutionnalisé, passant d’une école par souscription donnée par une voisine à des bâtiments et des instituteur pris en charge au niveau du comté et/ou de l’Etat.

Le juge demande donc aux écoliers de faire des cartes. Puis le juge constitue un comité dans la seule université de l’ouest du Kansas (aujourd’hui Fort Hays University) qui décide des 5 meilleures cartes par comté. Le juge Ruppenthal envoie alors l’argent aux écoliers et les cartes sont ensuite envoyées à l’Est, dans les archives d’Etat, à Topeka la capitale du Kansas. Les cartes sont donc dès le départ faites pour les archives, cela est pensé dès la circulaire. Cet archivage rapide fait que les cartes sont peu vues et vite oubliées.

Le corpus contient 58 cartes dont il a fallu retrouver les élèves, d’âge divers (d’une moyenne de 15 ans), reconstituer leur histoire (souvent les élèves sont issus de parents venus d’autres pays, souvent  des “Volga-Germans”). Chaque participation se compose d’une carte et d’une note historique qui raconte l’histoire du township. Cette note raconte souvent les accidents, les catastrophes, les inondations, etc…,  mais aussi des considérations plus politiques, avec notamment l’histoire des townships qui se disputent le titre de chef-lieu de chaque comté – ce qui est important car cela signifie que la ville aura son palais de justice, et donc une activité plus importante. Le concours de carte dure de 1907 à 1914. Puis s’épuise peu à peu.

Un comté prend une place particulière : Russell County. C’est le comté du juge, c’est de là également que viennent les photographies du second corpus. Dans ce comté apparaissent aussi des cartes collectives, souvent dans le cadre de consensus au sein des classes. On trouve ainsi (entre autres) des “cartes-recensement”, où les écoliers numérotent tous les « homesteaders » du township, on les nomme et donne leurs âges.

Les photographies de L.W. Halbe

Le corpus d’image comporte des photographies prises entre 1908-1912 entre les 15 et les 19 ans de L.W. Halbe. Il prend des photographies des gens de son comté pour se faire de l’argent. Pour des raisons de capacité à se déplacer, ses photographies sont prises seulement à Russell (un comté de 10 000 personnes, dont 7 000 environ vivent dans un secteur auquel il peut accéder).
On estime à plus de 4 000 photographies faites mais aujourd’hui 1 500 photographies sont conservées dans les archives de l’Etat du Kansas, sous forme de négatifs sur plaque de verre, numérisés il y a quelques années.

L.W Halbe est un autodidacte et apprend la photographie seul, en lisant et en expérimentant. Il transforme une petite tente en studio photo et développe dans la cave de la maison de ses parents. Il développe une pratique diversifiée : cartes postales, vues stéréoscopiques, paysages, portraits, etc.

Les archives conservent aussi son journal intime. En 1912, Halbe a suffisamment d’argent pour partir à Kansas City pour étudier le droit, il va plus tard devenir commissaire-priseur en Floride.

Entre 1908 et 1912, il photographie tout ou presque. Il vend tout et prend souvent les photographies suite à des commandes. On y trouve des vues de fermes, des écoles, des classes, les intérieurs des bâtiments publics et commerces, le travail des agriculteurs. De nombreuses photographies montrent la mécanique de la modernité (train, voiture) et environ 50% du fond restant est constitué de portraits et photographies de famille. Les photographies de classes présentent des écoliers qui ont probablement participé au concours de cartes. On retrouve les lieux où vit et travaille le juge (le journal local où il publie, le tribunal, la bibliothèque). Il cartographie ainsi à sa façon son comté. Le fond est documenté par son journal intime dans ses années là, et une interview faite à la fin de sa vie

Aspect méthodologique

En écriture de son sujet de thèse. Découvre l’archive photo à la fin de son mémoire sur les cartes.

Divers questionnements d’ordre méthodologique :
Que faire de ces images ? Comment intégrer à un corpus d’images cartographiques ces autres représentations toutes aussi exceptionnelles ? Comment problématiser ces images, non pas pour elles-mêmes mais dans leurs relations à d’autres images ? Comment échapper à une utilisation illustrative ? Comment comparer ce qui est comparable ? Cela doit-il passer par une étude extensive de ces photographies « pour elles-mêmes, » ou au contraire se fonder sur l’espace entre les deux médias, entre les deux images ? Quels régimes communs, quelles différences ? Comment trouver la bonne distance interprétative ?

Peut-être un rapprochement par la charge émotionnelle portée par ces deux corpus, les textes des enfants comme les photographies. Comment partir de là en restant dans un cadre théorique rigoureux ?

Discussion

Ces questions ne pourraient elles pas être le fil rouge d’une thèse par la multiplicité des approches ? Combiner toutes les idées, chaque angle d’approche.

Photographies très diverses, dans leur sujet et leur nature, peut-on les intégrer à un corpus ?
Le corpus photographique malgré sa diversité lui semble pourtant très cohérent. Le corpus ne présente pas de chronologie par l’évolution dans les thématiques des photographies. Halbe saisit les opportunités : un carnaval, une course de voitures, un mariage, etc. Une fête de village va par exemple augmenter les occurrences de portraits, car Halbe y aura planté la tente qui lui sert de studio.

Une chronologie est plus à trouver dans le perfectionnement de sa technique au fur et à mesure des années, dans l’arrivée et la multiplication de la stéréoscopie.

Quel est le lien entre les 2 corpus ? Peut-on retrouver dans les photographies les personnes citées dans les notes historiques des cartes ? Revenir sur les personnes, pourrait-il être le lien, un fil conducteur pour ordonnancer les deux corpus ?
Le lien entre les corpus n’est pas dans les notes historiques qui décrivent des situations vieilles parfois de plus de vingt ans. Mais on le trouve à travers les écoliers dessinant les cartes que l’on retrouve dans les photographies. Un autre lien est plus théorique : ces corpus présentent deux façons de parler du territoire. Ils disent le même territoire et ainsi résonne l’un avec l’autre.

Ne peut-on pas voir aussi un lien dans la dualité privé/étatique : le juge avec les cartes est motivé par un aspect personnel, et se voit comme un agent de l’Etat.

Le photographe amateur travaille lui purement dans un cadre privé. Le territoire est encore l’union mais dans son organisation institutionnelle. Alors où trouver ce territoire ? Dans les écrits du photographe ? Dans la mise en mot ou non d’un projet ? Le territoire semble être la clé du sujet.

Le privé peut aussi être vu comme le point d’union. Le juge est dans un projet étatique dans la mesure où il souhaite mettre en réseau les institutions de son territoire, mais c’est un projet privé, les dons sont de l’argent privé, l’appel pour les cartes est publié comme une publicité. Les interactions entre les sphères privé/public sont très subtiles dans ce cas, et les outils auxquels nous sommes habitués assez peu pertinents.

Le photographe  lui est dans une démarche privée, dans le sens non-étatique, motivée par des enjeux commerciaux. Toutefois au fil des ans, il constitue un ensemble de 1500 photographies d’une communauté publique très restreinte à un moment où ce territoire est en train de s’instutionnaliser, il fait donc à la fois oeuvre de recensement, de relevé photographique, d’un espace publique, projet qui rappelle des ambitions de l’Etat. Ce qui se joue dans les photographies et dans les cartes ont donc tous deux avoir avec cette négociation entre sphère privée et sphère publique.

Quelle vie de ces photos pendant ces 100 ans ? Quel pratique photographique après 1912 ?
Les négatifs ont d’abord été divisés parmi la famille, puis réunis dans les années 1940 à la demande du Juge Ruppenthal, une fois récoltées elles ont été données à la KSHS. La société historique les collectent entre les années 40 et 70, puis on réunit ses journaux intimes, et enfin on réalise une interview de Halbe. Les photographies sont ensuite conservées. Elles ont été numérisées hors d’un projet précis de numérisation, pour répondre à la demande de l’archiviste, qui étant photographe avait demandé à numériser des photographies plutôt que seulement des notes, pour changer un peu.

Lorsque Halbe quitte le conté de Russell en 1912, il arrête la pratique de la photographie très rapidement. Il n’y a pas chez lui de passion photographique. Dans l’interview qu’il donne à la fin de sa vie, il dit qu’il prend des photos d’objets uniquement dans le cadre de son travail de commissaire priseur.

Quelle diffusion dans les journaux locaux pour les photographies et les cartes ?
Les journaux ne mentionnent pas le photographe et même le concours de cartes, ne fait l’objet que de très peu d’articles ou de communications, hormis l’appel à candidature. Les cartes sont archivées très rapidement, elles disparaissent aussitôt. Malgré des récompenses substantielles, aucune mise en scène de remise de médailles sur une place du village par exemple n’a lieu. L’argent est simplement envoyé par courrier avec un petit mot très formel.

Quant aux photographies, on n’a pas retrouvé les tirages papiers qui étaient très souvent soumis à des virages (bleu ou sépia) ou à des retouches.

Quelle postérité dans le comté pour le photographe ? Y a t-il une mémoire orale de sa présence dans ces lieux ?
Aujourd’hui Halbe est plutôt oublié, mais par contre le juge Ruppenthal, est une figure que beaucoup connaissent encore aujourd’hui. Halbe lui quitte le comté à 19 ans et n’y revient jamais ce qui explique probablement son oubli.

Il doit y avoir une correspondance entre les portraits et les “cartes-recensement” de Russell ? Si on parle de 750 images souvent de groupes sur une communauté de 7000, on est sur un corpus rare, dans son nombre. Retrouver les évènements dans les journaux, de façon exhaustive, et retracer la chronologie de la vie de cette communauté, n’est elle pas une approche intéressante pour croiser ces deux corpus ?
Le problème qui se pose est que le nombre de journaux est très grand, chaque village à son quotidien ou presque. Dépouiller tous les journaux locaux de ce comté sur quatre ans serait une tache très ambitieuse.

Ne trouver aucune mention de ce photographe adolescent, dans tous ces journaux ne dit-il pas quelque-chose ?
Il y a peu de mention, et cela s’explique aussi peut-être par son statut singulier entre amateur et professionnel. Halbe ne veut pas être professionnel pour des raisons économiques. La ville aimerait le taxer comme un professionnel, et finalement après discussion, et comme il n’a pas de bureau fixe, mais une tente, qu’il n’a pas d’employé, il reste déclaré comme amateur. Il gagne pourtant de l’argent, mais reste dans un rapport non institutionnalisé à son activité car est très jeune à cette époque.

Amateur ou professionnel n’est-il pas une question qui fait le lien entre les deux corpus ? Est-ce que cet appel à la population n’est pas la mémoire documentaire du non engagement de l’Etat et de l’institution dans ces territoires ?
Oui, mais le juge se considère tout à fait comme un agent de l’Etat.

Il faut relativiser le collectage de faits topographiques. Malgré un manque criant d’institutions solides nous ne sommes pas dans une société de la “frontière”. Le territoire est à cette époque très bien connu et très bien cartographié. La communauté participe au collectage de données hstoriques. Elles sont envoyées aux archives de l’Etat car les comtés n’ont pas d’archives, les palais de justices viennent tout juste d’ouvrir et la question de la constitution d’archives locales n’a pas encore été soulevé.

Quelles archives aujourd’hui dans les palais de justice des comtés ?
Les archives locales n’ont pas encore été dépouillées, mais s’y atteler pose le problème des bornes du sujet. Cela doit cependant être considéré, le juge dit que ces archives judiciaires disent aussi la mémoire de ces comtés.

Quelle éducation, quel illettrisme à cette époque ? Qui pourrait constituer dans un comté rural de telles archives ?
Il y a très peu d’écoles, sont rurales, et pourtant l’alphabétisation est très bonne en 1910, comme le montre la qualité des notes jointes aux cartes. L’éducation ne commence à se mettre en place au niveau étatique dans le Kansas de l’Ouest qu’à partir de 1907-1908.

Que disent ces photos du territoire ?
Elles disent chacune des choses différentes. Elles parlent de la famille, la légende donne le nom, et donc permet d’imaginer  l’immigration, le pays d’origine…

Dit quelque chose de la sociologie. 160 acres sont données originellement à chaque famille, ce qui est vite trop petit, on y vit ensemble, dans des unités familiales élargies souvent aux grands parents mais qui restent chacune isolée. Elles montrent des familles nombreuses qui correspondent au recensement. Ca doit dire des choses sur le territoire mais on ne sait pas encore quoi.

Les corpus ne donnent-ils pas aussi une notion de la représentation du territoire par ses habitants ? Les cartes comme la demande des photographies, ne permettent-elles pas de montrer une vision de la population sur l’identité de leur territoire ? Comment cela se passe ailleurs dans le Kansas ?
Dans l’ouest du Kansas, on retrouve des photographes professionnels, et donc parfois leurs fonds, mais pas dans le comté de Russell. Souvent le photographe arrive pour installer son activité, dans un lieu où il y a un marché à prendre. Il n’y a donc pas de situation comparable aucomté de Russell sur ces questions.

Quel marché pour Halbe ?
Le marché est lié à la richesse des habitants. Or le Kansas dans son ensemble mais l’Ouest du Kansas en particulier est soumis entre 1880 et 1950 à une situation économique très instable, cyclique, liée au climat, à la spéculation financière et aux méthodes de distribution des céréales.

Vous dites que le juge veut enregistrer une histoire qui se perd. Le juge avait-il pressenti que c’était le déclin d’une forme d’urbanisation ? Comme dans l’Oklahoma avec les phénomènes de villes fantômes par exemple.
Pour le juge, c’est la fin de la première vague de colonisation. Le juge fait faire aux enfants des cartes qui racontent son histoire, son enfance, des évènements que le juge a vécu quand il était petit. Finalement l’intérêt du juge est assez faibles pour les cartes elles-mêmes, mais il est en revanche passionné par la création de sa communauté et l’appropriation de son territoire. Il donne un prix par exemple  à une carte d’un jeune suédois arrivé il y a 5 mois à peine, alors que la carte est tout à fait médiocre,, ne répond à aucune règle et que son comté ne réunit pas le minimum de 6 cartes requis. Cette récompense traduit l’émotion du juge face à cette démarche qui prouve l’intérêt de l’enfant pour un territoire qu’il découvre.

Question : Hormis le commerce quel intérêt pour la photographie de la part de Halbe ?
Une curiosité, une fascination pour ce qui se passe. Mais l’aspect commercial reste l’attrait principal. Il veut partir de Dorrance, une ville qu’il juge trop petite et pour cela il doit gagner de l’argent.

Les images des USA de cette époque sont souvent chargées d’attributs, qui montrent l’Histoire (fusils, costumes, etc). Ici on ne retrouve pas ces attributs. Comment l’expliquer ?
L’histoire de cette première vague de colonisation, correspondant au concept de frontière est finie en 1909 au Kansas. Mais de toute façon cette imagerie de l’Ouest américain du trappeur avec son fusil, et sa fourrure, n’existe pas dans ces lieux là. Ce qui existe ici c’est le modèle de la famille. Le problème des stéréotypes de l’Ouest (trappeurs, mineurs, cowboys solitaires) c’est que bien que romantiques ils sont incapable de prendre en charge le modèle idéologique américain basé autour des valeurs de la famille. Ici cette imagerie montre ce modèle du fermier vivant en famille.. Cela ne masque pas pour autant la dureté de leurs vies mais les photographies doivent être lues hors des stéréotypes du western.

Peut-on retrouver les descendants des familles ? Pour trouver les photographies de la communauté après 1912, savoir si la demande de photographie de cette communauté à perduré après le départ de Halbe ?
La question de la descendance est complexe car c’est une époque de grande mobilité. Mais les archives ne montrent rien d’équivalent aux photos d’Halbe. Soit les photographies sont non datées, soit sans lieux. Par tout petit corpus. Mais il se peut que cette situation soit un fait d’archive plutôt qu’une réalité de la production des photographies dans le comté de Russell.

Quel lien entre le juge et les photos ? Pourquoi les sauve-t-il ? Est ce que c’est comme ça que vous avez fait le lien entre les deux corpus ?
Le juge est un ami de la famille Halbe. Dans le cadre des recherches ce sont les archives qui ont fait le lien. Une fois les cartes étudiées, la question des autres représentations visuelles de ce territoire a mené à la trouvaille de ces photographies.

Quelle production personnelle de Halbe, comment photographie-t-il sa famille, étant donné que la famille est centrale dans le corpus ? Quel rapport entre sa production personnelle et professionnelle ?
Dans les photographies de sa famille on retrouve souvent Blanche ou Violette, ses sœurs, qui servent de modèles pour de nombreux tests, et l’aident parfois à développer les photographies. Quand il s’agit de photo de famille en groupe, souvent l’image est la même, il les installe comme les autres familles. Il n’y a pas un régime spécial de l’image de sa famille, mais plutôt quelques exceptions avec des prises de vues plus intimes.

Comme orientation bibliographique, les travaux Elizabeth Edwards semblent intéressants. Est-ce que les photographies d’Halbe se situent dans un temps de campagnes photographiques spontanées, qui marque un temps, dans une conscience historique de ce qui se passe.
C’est une proposition de mise en lien qui est intéressante. Les problèmes de l’imagination historique et géographique sont essentiels dans mon questionnement.

Le photographe parle-t-il des cartes ? A-t-il un regard critique sur la vision que donne ces cartes du territoire ?
Ces questions théoriques ne sont pas problématisés dans ces territoires et n’apparaissent pas même dans le discours universitaire du Kansas à ce moment là.

Question : Est ce que le Kansas a une politique de relation étrangère ? A l’esclave…
C’est un Etat qui s’est battu pour le Nord, très anti-esclavagiste. Position très particulière dans la guerre civile, casse le compromis du Missouri, le Kansas est le seul état qui décide seul de sa position sur l’esclavage. Il y a alors une grande vague d’immigration du Nord-Est pour faire pencher la balance dans le camp des anti esclavagistes. 4 constitutions passent, toujours invalidées. Cela devient une guérilla avec meurtres, enlèvements, qui joue comme un préambule de la guerre civile. Finalement penche du côté du Nord. C’est l’évènement fondateur politique du Kansas. Il y a aussi une histoire du parti populiste. L’histoire politique du Kansas est très complexe. Quant à la politique étrangère, elle est non existante car décidée au niveau fédéral.

Quelques annonces

Journée d’étude du 7 décembre : « Repolitiser le discours sur la photographie » à Paris 7 sur le croisement des questions politiques et photographiques

Journée d’étude le 4 décembre : « la photographie et l’espace » au musée Rodin.

Mardi  sera discuté le compte rendu de l’atelier de lecture du chantier Photo/Savoirs/Critiques consacré aux travaux d’Ariella Azoulay.

RDV le 9 décembre pour le prochain atelier.

Les questions méthodologiques porteront sur :

  • La question de la constitution du corpus lorsque les archives sont dispersées dans différents lieux.
  • La question de l’approche d’un objet d’étude inédit qui se définit en creux par rapport aux autres objets d’études traditionnels. Ainsi que la question du choix des critères opérants lors de la sélection d’un corpus restreint dans un fonds qui représente un sujet aussi neuf.

* * *

Image à la une :
Joseph Shaffer and Clare Morton’s map of Township 13 South, Range 12 West of Russell County. Credit : Kansas State Historical Society

Journée d’étude (Re)politiser les discours sur la photographie, 7 décembre, Paris Diderot

Le chantier Photo/savoirs/critiques de l’ARIP a le plaisir de vous inviter à sa première journée d’étude, dont le programme est disponible ci-dessous.

Au plaisir de vous y retrouver nombreuses et nombreux.

JEPSC-large

(Re)politiser les discours sur la photographie

7 décembre 2015 à Paris Diderot – Paris 7
salle 265E, Halle aux Farines

Avec la participation de Jorge Ribalta, président de séance invité

Cette journée d’étude a pour objectif de faire découvrir, dialoguer et se confronter les travaux de jeunes chercheur·e·s européen·ne·s, avec la volonté de croiser des approches de différentes disciplines.

Si l’histoire de la photographie s’est sensiblement développée dans le contexte universitaire français depuis une quarantaine d’années, plutôt rares sont les travaux qui ont analysé les images, les usages ou les pratiques de la photographie comme des lieux investis par le politique. L’étude de la photographie a pourtant su être un outil puissant pour repenser les discours sur l’art. Elle serait en mesure, avec la même charge critique, de porter des questionnements d’ordre plus directement politique.

A travers les huit communications présentées, nous tenterons de penser les rapports entre photographie et politique au-delà de stricts usages de l’un par l’autre (photographie engagée, photographie de propagande…). On peut considérer la photographie comme plus largement sous-tendue, informée, investie par des pratiques et des catégories politiques – qu’il s’agisse de constructions idéologiques, d’enjeux de visibilité et de représentation, ou des manières dont le pouvoir s’exerce, s’actualise et se conteste dans et par les pratiques culturelles.

L’un des enjeux de la journée sera ainsi d’aller au-delà d’une réflexion sur la photographie comme ensemble de phénomènes politiques, afin de réfléchir à la pertinence d’approches politisées. Il s’agira également d’entamer une réflexion sur la façon dont les redéfinitions du politique peuvent aujourd’hui nourrir et renouveler les approches académiques de la photographie.

(Re)Politicizing discourses on photography

December 7th, 2015, to be held at Paris Diderot-Paris 7, France
salle 265E, Halle aux Farines

With Jorge Ribalta, keynote speaker

This symposium will bring together young researchers, representing various fields of research and various European perspectives.

The history of photography has been the object of increasing interest amongst French academics over the past 40 years, and yet to this day there are relatively few works that consider the political investment inherent in photographic images, uses, and practices. The study of photography has undeniably proven to be a powerful tool for reshaping discourses on art. It could also, and with the same critical drive, address more directly political questions.

Through their interventions, the 8 selected researchers will reflect on the interaction of the photographic and the political beyond simple appropriation of one by the other (politically-committed photography, propaganda, etc…). The practice of photography, considered in this light, is more generally underlain, informed and invested by political categories and practices – be they ideological constructions, questions of visibility and representation, or the various ways in which power is exerted, contested or actualized in cultural practices.

One of the goals of this symposium will thus be to move from looking at photography as a network of political phenomenona to considering the relevance of politicized approaches. We would also like to open a conversation on how contemporary redefinitions of “the political” could enrich and reinvigorate academic approaches to photography.

PROGRAMME DE LA JOURNEE D’ETUDE :

accueil des participant.e.s (9h15)
9h30: introduction par Jorge Ribalta

Photographies d’auteur et mise en scène des rapports de production
10h: Jeroen Verbeeck (KU Leuven/LGC)
Allan Sekula’s Ship of Fools / The Dockers’ Museum (2010-2013): (Re)constructing a Phenomenology of Waterfront Labor

10h30: Agneta Jilek (Academy of Visual Arts of Leipzig/GC)
Picturing the Workers’ State: The Representation of Female Work in the Artistic Photography of the 1980s in the GDR

Etudier la photographie en système capitaliste
11h30: Clément Paradis (UJM Saint-Etienne/CIEREC)
La photographie au risque de la philosophie de la praxis

12h: Guillaume Blanc (Paris 1 Panthéon-Sorbonne/ED 441/HiCSA)
Capitalisme, morale et photographie dans la France de la croissance (1945-1975)

~ Pause déjeuner (12h30-14h) ~

Photographie et configurations d’identités collectives
14h: Karine Chambefort-Kay (Université Paris-Est Créteil/IMAGER)
The framework of social identities as a means to re-politicize discourses on photography. The case of British photography between 1990 and 2010

14h30: Maude Oswald (UNI Lausanne/Section d’histoire et esthétique du cinéma)
“Je, Nous, Ils/Elles“, les figures humaines de l’après-Katrina. Repenser les notions de distanciation et d’identification dans la photographie de la Nouvelle-Orléans

Politiques institutionnelles de la photographie
15h30: Fabienne Huard-Hardy (ENAP Agen/CIRAP)
Tentatives d’analyse du rôle de la photographie dans la réforme pénitentiaire de l’entre-deux-guerres au travers du fonds photographique Henri Manuel conservé à l’Enap (Agen)

16h: Emmanuelle Bruneel (CELSA Paris-Sorbonne/GRIPIC)
Les représentations de l’altérité dans la communication sur la « diversité » : pour une sémiopolitique des représentations photographiques

Table-ronde avec tou.te.s les participant.e.s (16h30-17h30)

* * * *

Appel à communication : (Re)politiser les discours sur la photographie (7/12/2015, Paris Diderot)

APPEL A COMMUNICATION

Journée d’étude organisée dans le cadre
du chantier de recherche Photo/savoirs/critiques  de l’ARIP

(Re)politiser les discours sur la photographie

7 décembre 2015 à Paris Diderot – Paris 7

Cette manifestation scientifique s’adresse prioritairement aux jeunes chercheur·e·s.

Si l’histoire de la photographie s’est sensiblement développée dans le contexte universitaire français depuis une quarantaine d’années, plutôt rares sont les travaux qui ont analysé les images, les usages ou les pratiques de la photographie comme des lieux investis par le politique. L’usage apolitique du discours esthétisant sur la photographie comme outil de légitimation du médium explique en partie cet état de fait. Il faut y ajouter un contexte plus général, qui est celui de l’espace intellectuel de l’après-1989 où la reconfiguration néo-libérale des catégories du politique s’accompagne souvent d’une dilution des conflictualités.

L’étude de la photographie a pourtant su être un outil puissant pour repenser les discours sur l’art. Elle serait en mesure, avec la même charge critique, de porter des questionnements d’ordre plus directement politique, en recourant par exemple à des catégories comme celles de classe, race ou genre – qui sont encore relativement peu explorées dans les recherches françaises sur la photographie. En participant au processus de politisation des cadres d’analyse des productions culturelles, les chercheurs sur la photographie pourraient s’inscrire dans une reconfiguration plus générale du politique.

Nous souhaitons en effet penser les rapports entre photographie et politique au-delà de stricts usages de l’un par l’autre (photographie engagée, photographie de propagande…). On peut considérer la photographie comme plus largement sous-tendue, informée, investie par des pratiques et des catégories politiques – qu’il s’agisse de constructions idéologiques, d’enjeux de visibilité et de représentation, ou des manières dont le pouvoir s’exerce, s’actualise et se conteste dans et par les pratiques culturelles. Pour approfondir l’étude de la photographie comme partie intégrante du champ social – à partir de son contexte de production et de circulation -, il nous semble nécessaire de réintroduire des cadres d’analyse plus spécifiquement politiques comme ceux d’action, de conflit et de collectif.

L’un des enjeux de la journée sera ainsi d’aller au-delà d’une réflexion sur la photographie comme ensemble de phénomènes politiques, afin de réfléchir à la pertinence d’approches politisées. Il s’agira également d’entamer une réflexion sur la façon dont les redéfinitions du politique peuvent aujourd’hui nourrir et renouveler les approches académiques de la photographie.

Cette journée d’étude a pour objectif de faire découvrir, dialoguer et se confronter les travaux de jeunes chercheur·e·s sensibles à ces questionnements et venant de France mais aussi d’autres contextes nationaux, avec la volonté de croiser des approches de différentes disciplines. Plusieurs axes de réflexions sont envisagés, de façon non exhaustive.

Axes de réflexion

1- Comment les chercheur·e·s travaillant sur la photographie peuvent-ils/elles intégrer les cadres d’analyse (tels que classe/race/genre) adoptés largement par les études culturelles et les sciences sociales ? A quelles conditions et de quelles manières ces concepts sont-ils en capacité de donner une prise politique aux études photographiques ? Dans quelle mesure de telles catégories, qui participent d’une reconfiguration des rapports politique/social/culturel, peuvent-elles encore porter une charge critique, alors qu’elles appartiennent de plus en plus à un vocabulaire académique mainstream ?

2- Dans le sillage des travaux de Michel Foucault, la lecture politique de la photographie qui a été la mieux intégrée par les chercheur·e·s est celle qui voit dans la photographie un dispositif de pouvoir. Que faire des discours sur l’impérialisme du regard photographique ou sur la puissance démocratique du médium comme accès à la représentation et à l’empowerment ? De quelle manière peut-on penser les producteurs d’images et les individus photographiés comme acteurs d’une politique des visibilités ?

3- En quoi les chercheur·e·s, à l’instar des objets et pratiques photographiques, sont-ils/elles traversé·e·s par des rapports sociaux, politiques et économiques qui les situent dans une configuration des pouvoirs ? Quelle posture réflexive peuvent-ils/elles adopter à travers une épistémologie du point de vue ? Dans quelle mesure l’étude de la photographie peut-elle se faire le lieu d’une critique des savoirs dominants sur l’art et plus globalement sur le monde social ?

La journée s’achèvera par une table ronde avec les participants et le président de séance invité, Jorge Ribalta, artiste, critique et commissaire d’exposition (A Hard, Merciless Light. The Worker Photography Movement, 1926-1939, Museo nacional centro de arte Reina Sofia, 2011).

Modalités de soumission

Les jeunes chercheur·e·s de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions émanant de personnes n’exerçant pas la recherche à titre principal, mais souhaitant investir ce domaine depuis leurs propres champs de compétence (conservation, pratique artistique…) sont également les bienvenues. Les communications, d’une durée de 20 minutes, pourront être faites en français ou en anglais.

Les propositions de communication se présenteront sous la forme suivante :

  • Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
  • Affiliation(s) et statut(s)
  • Titre de l’intervention
  • Résumé d’environ 3000 signes (espaces compris) de l’intervention. Ce résumé précisera l’objet de la communication, l’axe ou les axes dans lesquels elle s’inscrit, ainsi que la méthodologie et/ou les sources sur lesquelles elle s’appuie. Une courte bibliographie pourra également être incluse.

Elles seront envoyées au plus tard le 18 septembre 2015 à l’adresse suivante : photo.savoirs.critiques@gmail.com

Une prise en charge partielle des frais de déplacement pourra être étudiée le cas échéant.
Une publication est envisagée sous un format qui reste à définir.

Calendrier

Date de clôture de l’appel : 18 septembre 2015
Retour des avis : début octobre 2015
Journée d’étude (Paris Diderot – Paris 7) : 7 décembre 2015

Comité scientifique

Eliane de Larminat (Université Paris 7-Diderot / LARCA)
Véra Léon (Université Paris 5-Descartes / CERLIS)
Anaïs Mauuarin (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne / HiCSA)
Alice Morin (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle / CREW)

*   *   *

(Re)Politicizing discourses on photography

December 7th, 2015, to be held at Paris Diderot-Paris 7, France

This event is directed primarily at young researchers.

The history of photography has been the object of increasing interest amongst French academics over the past 40 years, and yet to this day there are relatively few works that consider the political investment inherent in photographic images, uses, and practices. This situation can partly be ascribed to apolitical uses of estheticizing discourses that are meant to legitimize both the medium and its academic study. It is also produced by the general context of a post-1989 intellectual landscape, in which the neo-liberal reconfiguration of political categories often entails a dissolution of conflict.

The study of photography has undeniably proven to be a powerful tool for reshaping discourses on art. It could also, and with the same critical drive, address more directly political questions – for instance through the use of the categories of race, class, or gender, which are relatively seldom explored in French photographic studies. In taking part in this ongoing politicization of the analytical frameworks used to study cultural productions, scholars working on photography could contribute to a more general reconfiguration of the political category as such.

This symposium will be the occasion to reflect on the interaction of the photographic and the political beyond simple appropriation of one by the other (politically-committed photography, propaganda, etc…). The practice of photography, considered in this light, is more generally underlain, informed and invested by political categories and practices – be they ideological constructions, questions of visibility and representation, or the various ways in which power is exerted, contested or actualized in cultural practices. In order to better analyze photography as an integral part of the social realm (where it is produced, where it circulates, and where it acts), we deem it necessary to reintroduce analytical frameworks that are more specifically political – such as those of conflict and individual or collective action.

One of the goals of this symposium will thus be to move from looking at photography as a network of political phenomenona to considering the relevance of politicized approaches. We would also like to open a conversation on how contemporary redefinitions of “the political” could enrich and reinvigorate academic approaches to photography.

This symposium will bring together young researchers who share an interest in these issues. We would also like to see various fields of research and various European perspectives meet in the process. The following, non-exhaustive, list of themes could be developed:

1 – How can researchers studying photography adopt analytic frameworks such as race, class, and gender, which have been developed by the social sciences and which have been deployed to great effect by cultural studies? Under what conditions would such concepts allow photographic studies to become more effectively political? To what extent can such categories, which are central to a new articulation of the political, the social, and the cultural, still convey a critical charge, while they are more and more integrated into a mainstream academic vocabulary?

2 – In the wake of Michel Foucault’s work, the best assimilated politicized reading of photography consists in interpreting the medium as a power apparatus. How can we use the discourses describing the imperialism of the photographic gaze, or the democratic power of the medium as a way to access representation and empowerment? Can the subjects producing the images and those being photographed be thought of as agents crafting a new politics of visibilities?

3 – How are researchers – just like photographic objects and practices – part of social, political and economic patterns of relations which situate them within the configuration of power? What reflexive postures can these researchers adopt through a standpoint epistemology? To what extent can photographic studies be a site from which to take a critical stance on the dominant point of view on art, and, more generally, on the world as a social system?

The symposium will end with a round table with all participants and the invited keynote speaker, Jorge Ribalta, artist, critic, and curator (A Hard, Merciless Light. The Worker Photography Movement, 1926-1939, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, 2011).

Submission Procedure

Young researchers in all fields of the humanities and social sciences are welcome to apply. Independent scholars and those working on the matter through their practice (preservation, curation, artistic practice) are also encouraged to send their proposals. Papers should be twenty minutes in length, and can be delivered in French or English.

Proposals for papers, should follow the template below and should be sent by email to photo.savoirs.critiques@gmail.com by September, 18th 2015.

  • Full name of the author(s)
  • Affiliation(s) and position(s)
  • Title
  • Abstract (about 3000 characters, spaces included). This abstract should include the subject of the paper, the theme(s) into which it falls, the methodology that will be used and/or several theoretical references. A short bibliography can be added as well.

Some funding for travel expenses might be available.

We hope to publish the papers presented at the symposium. The format is still to be determined.

Schedule

Deadline to respond to the call for papers: September 18th, 2015
Decisions emailed to participants: early October, 2015
Symposium: December 7, 2015 at Paris Diderot – Paris 7

Scientific Committee

Eliane de Larminat (Université Paris 7-Diderot / LARCA)
Véra Léon (Université Paris 5-Descartes / CERLIS)
Anaïs Mauuarin (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne / HiCSA)
Alice Morin (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle / CREW)


Image : Woman of color, Victorian Era, from 1860-1901
http://downtownlalife.tripod.com/id535.html