Cycle d’entretiens

1960-1990. Les Voix de la photographie

Dans le cadre du chantier de recherche Import/Export. Aux sources du langage sur la photographie, le cycle d’entretiens se propose de recueillir la parole des chercheurs, historiens, commissaires d’exposition, conservateurs, éditeurs, tireurs, photograveurs ou photographes, qui ont participé à la diffusion et à l’institutionnalisation de la photographie en France dans les années 1960-1990, et ont forgé un langage propre à raconter la photographie, dont nous sommes largement tributaires aujourd’hui.

En d’autres termes, ces entretiens ont pour but de retracer le développement d’une pensée sur la photographie — qui est aussi une conscience de l’objet photographique, passant par l’expérience sensible de sa vision et de sa transmission —, par le biais d’un dialogue intergénérationnel, bienveillant, généreux et enthousiaste.

Le but de ce cycle est également de conserver le témoignage des acteurs invités en les enregistrant, pour les diffuser à travers l’édition d’un recueil d’entretiens, dans une visée patrimoniale et historiographique.

Menés par les participant.e.s au chantier, les entretiens du cycle sont publics et se tiennent à l’Institut National d’Histoire de l’Art (2 rue Vivienne, 75002 Paris).

 

MichelFrizot_ARIP-5
Michel Frizot © Vincent Palmier

Le premier invité du cycle a été Michel Frizot, historien de la photographie, directeur de recherche émérite au CNRS (CRAL-EHESS). Premier enseignant d’histoire de la photographie à l’université en France (Université de Dijon, 1977, puis Paris IV, École du Louvre et EHESS), il a notamment dirigé la Nouvelle Histoire de la Photographie (1ère éd. fr. Paris, Bordas/Adam Biro, 1994, trad. en anglais et en allemand) et a été le commissaire, entre autres, des expositions E.-J. Marey (Paris, Centre Pompidou, 1977), VU (Paris, MEP, 2006), André Kertész (Paris, Jeu de Paume, 2010) et, dernièrement, Toute photographie fait énigme. Une collecte de regards (Paris, MEP, 2014-2015).

Cet entretien a été animé par Laureline Meizel (Paris 1/ED 441/HiCSA) et Kim Timby (École du Louvre/EHESS, CRAL). Il s’est tenu en salle Jullian, le 27 janvier 2015, de 18h à 20h.

 

Bernard Perrine © Vincent Palmier
Bernard Perrine © Vincent Palmier

Le second invité du cycle a été Bernard Perrine, photographe, homme de presse, et acteur important du champ photographique. Membre de l’Institut de France et de l’Académie des Beaux-Arts, auteur de nombreuses pages dans la revue Le Photographe — qu’il a dirigée pendant 26 ans —, ou pour l’Oeil de la photographie, il a également dirigé les premières Rencontres Internationales de la Photographie en Arles. À la demande de Jack Lang et avec Michel Guy, il a aussi organisé les États Généraux de la Photographie. Au cours d’une carrière mêlant enseignement, écriture, pratique, et activisme, l’activité de Bernard Perrine a couvert tous les aspects du champ de la photographie.

L’animation de cet entretien a été assurée par Guillaume Blanc (Paris 1/ED441/HiCSA/Labex CAP) et Isabella Seniuta (Paris 1/ED 441/HiCSA/PRES heSam). Il s’est tenu le 24 février, en salle Jullian, de 18h à 20h.

 

Jean-Claude Lemagny © Vincent Palmier
Jean-Claude Lemagny © Vincent Palmier

La troisième séance du cycle a été consacrée à Jean-Claude Lemagny. Conservateur au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France dès 1968, son rôle fut décisif dans la reconnaissance institutionnelle de la valeur artistique de la photographie en France. En 1971, il initie l’ouverture de la Galerie de Photographie au sein de la BnF et se fait l’ardent défenseur de la création photographique contemporaine. Il fut ainsi commissaire de nombreuses expositions emblématiques dont La Photographie créative (1984) ou La Matière, l’Ombre, la Fiction (1994) et parallèlement l’auteur de textes théoriques tels L’Ombre et le Temps (1992), Le Silence de la photographie (2013), ainsi que d’une Histoire de la photographie (1989) en collaboration avec André Rouillé.

L’animation de cet entretien a été assurée par Marie Auger (Paris 1/ED 441/HiCSA/Labex CAP) et Violette Gillet (Paris 1/UFR 03/Master 1 Histoire de l’Art). Il s’est tenu le mardi 24 mars, de 18h à 20h, en salle Jullian.

 

Denoyelle_ARIP-3
Françoise Denoyelle © Vincent Palmier

La quatrième invitée du cycle a été Françoise Denoyelle, professeur émérite (ENS Louis-Lumière) et chercheure associée (Paris 1/HiCSA). Historienne de la photographie, elle a enseigné cette discipline dans le cadre universitaire au début des années 1990, puis à l’ENS Louis-Lumière à partir de 1997. En tant que membre expert de différentes institutions (notamment près la Cour d’appel de Paris entre 2009 et 2015), elle a joué un rôle important dans l’élaboration du patrimoine photographique en France. Elle poursuit cette activité en étant notamment la présidente de l’Association pour la promotion des fonds photographiques depuis 2012. Parallèlement, elle a écrit de nombreux ouvrages sur les pratiques professionnelles de la photographie en France, de l’entre-deux-guerres aux années 1970 : La Lumière de Paris. I. Le marché de la photographie ; II. Les usages de la photographie (1997) et La Vie mène la danse, édition annotée de l’autobiographie de Germaine Krull à paraître prochainement. Elle a enfin été la commissaire de plusieurs expositions dont François Kollar et La France travaille (1985) et Capa connu et inconnu (2004).

L’animation de cet entretien a été assurée par Virag Boroczfy (Paris 3/ED 267) et Laureline Meizel (Paris1/ED 441/HiCSA). Il s’est tenu en salle Jullian (INHA, 1er étage) le 29 avril 2015 de 18 à 20h.

 

Régis Durand © Virág Böröczfy
Régis Durand © Virág Böröczfy

A l’occasion du cinquième entretien public du cycle, les membres du chantier ont eu le plaisir de recevoir Régis Durand. Actuellement critique d’art et commissaire indépendant, il commence sa carrière en enseignant la littérature et le cinéma américains à l’université, avant de rejoindre la Délégation aux Arts Plastiques (1993-1996) où il est inspecteur. En 1996, il est nommé directeur du Centre National de la Photographie (jusqu’en 2003), puis devient directeur du Jeu de Paume jusqu’en 2006. Au sein de ces deux institutions ainsi qu’au Printemps de Cahors dont il est directeur artistique (1992-1996) et à la direction générale du Printemps de septembre à Toulouse (2008-2012), il organise de nombreuses expositions (Thomas Ruff, Thomas Struth, Valérie Jouve, La Part de l’ombre, etc.) Parallèlement, Régis Durand mène une activité de critique d’art, notamment dans la revue Art Press où il est responsable de la rubrique « Photographie » depuis le début des années 1980. Il est également l’auteur de nombreux ouvrages et recueils de texte où s’élabore une pensée théorique de la photographie, par exemple Le Regard pensif — Lieux et objets de la photographie, 1988 ( 3e ed. 2002) et La Part de l’ombre — Essais sur l’expérience photographique I, 1990 (2e ed. 2006).

L’animation de cet entretien a été assurée par Marie Auger (Paris 1/ED 441/EA 4100/LABEX CAP) et Guillaume Blanc (Paris 1/ED 441/EA 4100/LABEX CAP). Il s’est tenu le 28 mai 2015, de 18 à 20 h, en salle Georges Perrot (INHA, 2e étage).

 

P1090534
Agathe Gaillard © Guillaume Blanc

La sixième invitée du cycle a été Agathe Gaillard, une des premières galeristes de photographie en France. Avec l’appui de nombreux photographes dont Jean-Philippe Charbonnier et Ralph Gibson, elle a ouvert à Paris en juin 1975 un des premiers espaces uniquement dédiés à la photographie. Tout au long de sa carrière, elle a travaillé de pair avec tous les photographes qui ont exposé dans sa galerie et a également constitué une collection de photographies qui comprend des œuvres de Manuel Alvarez Bravo, Michel Journiac ou encore Édouard Boubat. Située au 3 rue du Pont Louis-Philippe, la galerie que l’on peut toujours visiter expose depuis quarante ans des photographes de renom tels que Robert Doisneau, André Kertesz ou August Sander mais aussi des photographes moins connus, dans le but de faire valoir la photographie en tant qu’expression artistique. Cette rencontre a été l’occasion de revenir sur les débuts de la galerie et sur les rapports entre des initiatives privées et la politique culturelle de cette époque.

L’entretien a été animé par Marie Auger (ED441-Paris1/ HiCSA) et Isabella Seniuta (ED441-Paris 1/HiCSA/PRES heSam).

 

12191410_983900304985747_2768324377412967569_nLe septième entretien du cycle, qui s’est tenu le 22 octobre 2015, a été consacré à François Cheval, conservateur en chef du musée Nicéphore Niépce de Chalon-sur-Saône. Conservateur du patrimoine, suite à de premières expériences muséales dans le Jura puis à la Réunion (1982-1996), il devient directeur des musées de Chalon-sur-Saône en 1996. Au musée Nicéphore Niépce consacré à l’histoire et aux usages de la photographie, François Cheval approfondit sa réflexion muséographique autour de la photographie en dialogue avec des artistes, historiens, ingénieurs et chercheurs. Ces réflexions ont abouti à des publications, dont nous pouvons retenir « L’épreuve du musée » (Études Photographiques, n°11, 2002), Le Musée Nicéphore Niépce (Musée Nicéphore Niépce, RMN, Fondation BNP Paribas, 2012) ou encore  « L’impossible musée de la photographie : l’ère des collusions » (Olivier Lugon (dir.), Exposition et médias : photographie, cinéma, télévision,  L’Age d’Homme, 2012). En tant que commissaire, il a exposé et soutenu par des publications les travaux de nombreux photographes contemporains tels que John Batho ou Patrick Tosani.

L’animation de cet entretien a été assurée par Guillaume Blanc (Paris 1, ED 441/HiCSA | INHA) et Mathilde Kiener (EHESS, CRAL).

 

À l’occasion du huitième entretien du cyle, nous avons reçu le 2 décembre 2015 Claude Nori, photographe, éditeur, galeriste et écrivain. Originaire du Sud-Ouest, Claude Nori découvre la photographie en 1968. Trois ans plus tard, il expose pour la première fois à Toulouse, aux côtés de son ami Patrick Chapuis. Ensemble, ils défendent une photographie sans retenue esthétique, libérée des contingences commerciales et professionnelles, dont on retrouve les accents dans Le Manifeste photobiographique publié avec Gilles Mora en 1983, aux Éditions de l’Étoile. Dans les années 1970, Claude Nori se lie d’amitié avec Jean Dieuzaide à Toulouse, puis avec Bernard Plossu lorsqu’il s’installe à Paris. Un groupe se formant, il fonde Contrejour dans le quartier Montparnasse, à la fois galerie, maison d’édition et journal. Il y publiera son premier ouvrage en 1976 (Lunettes, préfacé par Agnès Varda), mais aussi ceux de nombreux photographes : Guy le Querrec, Arnaud Claass, Pierre et Gilles, Gilles Peress, Luigi Ghirri, Sabine Weiss, etc. Parallèlement, il participe à la fondation de deux importantes revues photographiques des années 1980 : Les Cahiers de la Photographie (avec Bernard Plossu, Denis Roche ou encore Jean-Claude Lemagny) et Camera International (avec Gabriel Bauret). L’entretien sera l’occasion de revenir sur ses activités d’acteur et de promoteur d’une photographie décomplexée, des années 1970 à la fermeture de Contrejour en 1995, relancé en 2011.

L’animation de cet entretien a été assurée par Guillaume Blanc (Paris 1 | ED 441 Histoire de l’art | HiCSA | INHA) et Laureline Meizel (Paris 1 | ED 441 Histoire de l’art | HiCSA).



EN PARALLÈLE AU CYCLE

11401566_918817038160741_4860012009361566519_n
Daniel Wolf (c) Marie Auger

Le 12 juin 2015, nous avons eu le grand plaisir de recevoir Daniel Wolf, collectionneur, marchand et ancien galeriste américain, pour un entretien public animé par Isabella Seniuta (Paris 1/ED 441/HiCSA/PRES heSam). Sa transcription est disponible sur le carnet.

Collectionneur avisé de photographies depuis les années 1970, Daniel Wolf a contribué à la reconnaissance de la photographie française aux États-Unis. En 1977, il ouvre une des premières galeries de photographies à New York sur la 57e rue  à Manhattan. Il mène son activité de galeriste jusqu’en 1987 dans une dynamique transatlantique, en organisant des expositions de photographes français et américains. En 1984, il est à l’initiative de la vente d’une partie des collections Crane, Jammes et Wagstaff au Getty Museum à Los Angeles. Il a contribué au catalogue de l’exposition 1839-1989: The Art of photography, présentée au musée des Beaux Arts de Houston et à la Royal Academy of arts de Londres en 1989. Depuis les années 1980, il mène une activité de marchand privé et de collectionneur de photographies anciennes et contemporaines ; il a aussi produit un documentaire en 2006 sur Andy Warhol.

Avec le soutien du Collège des Écoles doctorales de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ainsi que de l’École doctorale 441 – Histoire de l’art de Paris 1.

logo_coul_frED441_texte_v

[Page en construction]

Une réflexion sur « Cycle d’entretiens »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *